Un meurtrier trahi par l’ADN de son chat

  • A
  • A
Un meurtrier trahi par l’ADN de son chat
(photo d'illlustration)@ MAXPPP
Partagez sur :

Des poils de l'animal avaient été retrouvés sur le corps de la victime il y a plus d'un an.

Un meurtrier britannique a récemment été condamné grâce à l'analyse de l'ADN de son chat retrouvé sur le corps de la victime, une première au Royaume-Uni, a annoncé mercredi l'université de Leicester. Cette université du centre de l'Angleterre a créé un fichier génétique des félins du pays après avoir recueilli les empreintes génétiques de 152 chats pour constituer cette base de données. Le fichier a servi de référence pour établir que les poils trouvés sur le corps démembré d'un homme découvert sur une plage de Portsmouth en juillet 2012 correspondaient à ceux du chat du principal suspect.

chat dans un refuge

© MAXPPP

Cet élément de preuve a été retenu par la justice dans l'affaire, qui a débouché en juillet dernier sur la condamnation du suspect, David Hilder, à la prison à vie avec 12 ans de sûreté pour homicide. "C'est la première fois que de l'ADN de chat est utilisé dans un procès criminel au Royaume-Uni", a commenté le docteur Jon Wetton, médecin légiste qui a dirigé la constitution de ce fichier. "Nous espérons maintenant publier cette base de données pour qu'elle soit utilisée dans de futures enquêtes criminelles", a-t-il ajouté.