Un malade mental exécuté en Floride

  • A
  • A
Un malade mental exécuté en Floride
John Ferguson, âgé de 65 ans dont 35 dans le couloir de la mort, a été condamné pour six meurtres dans une affaire de drogue en 1977 et deux autres meurtres d'adolescents en 1978.@ Reuters
Partagez sur :

Plusieurs associations de malades, médecins et avocats étaient intervenues auprès de la Cour suprême.

L'INFO. Malgré les nombreux appels et protestations, un condamné à mort souffrant de troubles mentaux a été exécuté lundi soir en Floride dans le sud-est des Etats-Unis. John Ferguson, atteint de schizophrénie paranoïaque, a été déclaré mort par injection létale vers 0h17. Dans sa dernière déclaration, le condamné a de nouveau prétendu être "le Seigneur Dieu", comme il le disait régulièrement, selon son avocat Chris Handman.

John Ferguson, âgé de 65 ans dont 35 dans le couloir de la mort, a été condamné pour six meurtres dans une affaire de drogue en 1977 et deux autres meurtres d'adolescents en 1978.

Il est malade depuis des années. Plusieurs associations de malades, médecins et avocats étaient intervenues auprès de la Cour suprême des Etats-Unis pour lui demander de stopper l'exécution, mais la plus haute juridiction du pays a rejeté un ultime appel en fin de journée lundi. La défense du condamné s'est dite "profondément déçue que la Cour suprême ait rejeté la demande de John Ferguson de clarifier les critères d'évaluation des compétences d'un individu qui doit être exécuté, et lui ait refusé d'invoquer la jurisprudence de la haute Cour interdisant d'exécuter les fous". "M. Ferguson est profondément malade depuis quatre décennies, bien avant les crimes pour lesquels il doit être exécuté", avait déclaré Me Handman dans un communiqué publié juste avant l'exécution.

De multiples recours. Son exécution, qui a donné lieu à de multiples recours judiciaires, avait déjà été suspendue une fois en septembre 2012. La National Alliance on Mental Illness (NAMI), plus grosse association américaine d'aide aux maladies mentales, s'est associée avec trois autres organisations -la NAMI Floride, la Société de Psychiatrie de Floride et l'Association Psychologique de Floride- à un recours déposé par la défense du condamné.

"La peine de mort n'est constitutionnellement pas applicable pour John Ferguson car ses troubles mentaux l'empêchent de comprendre la nature de ce qui lui arrive", a estimé le directeur pour les affaires juridiques de la NAMI Ron Honberg