Un journaliste néerlandais tué en couvrant les combats en Libye

  • A
  • A
Un journaliste néerlandais tué en couvrant les combats en Libye
Le journaliste couvrait les combats entre les forces du gouvernement d'union nationale et Daech à Syrte.@ MAHMUD TURKIA / AFP
Partagez sur :

Jeroen Oerlemans avait réchappé à une prise d'otage en Syrie. Il a été touché à la poitrine par un sniper de Daech selon les premiers éléments.

Un journaliste néerlandais a été tué dimanche en Libye alors qu'il couvrait des combats entre les forces du gouvernement d'union nationale (GNA) et l'organisation jihadiste Etat islamique. "Il a été touché à la poitrine par un sniper de l'EI alors qu'il couvrait les combats à Syrte", décrit le docteur Akram Gliwan, porte-parole de l'Hôpital central de Misrata où sont soignés les blessés des forces progouvernementales. "Sa dépouille se trouve actuellement à l'hôpital" de la ville de Misrata, située à quelque 200 km à l'ouest de Syrte, a-t-il précisé.

Un journaliste du média belge Knack, qui travaillait avec la victime, a confirmé le décès du journaliste. Jeroen Oerlemans était photographe. Il avait également couvert le conflit syrien et fait l'objet d'une prise d'otage en 2012, enlevé avec un photographe britannique dans un camp rebelle. Il était ensuite parvenu à s'échapper.

Nouveaux combats. Selon la presse néerlandaise, Jeroen Oerlemans portait un gilet par balles mais la balle l'a atteint par le côté. L'agence de presse espagnole EFE précise qu'il a été immédiatement transporté dans un hôpital de Syrte, où les médecins n'ont rien pu faire pour lui.

La mort du journaliste survient alors que de nouveaux combats ont éclaté dimanche à Syrte (450 km à l'est de Tripoli). L'hôpital de campagne installé par les forces du GNA à Syrte a fait état de la mort de huit soldats loyalistes. En outre, l'Hôpital central de Misrata dit avoir admis 57 combattants pro-GNA blessés.