Un journaliste anti-armes menacé d'expulsion

  • A
  • A
Un journaliste anti-armes menacé d'expulsion
@ CAPTURE CNN
Partagez sur :

Piers Morgan, journaliste sur CNN, fait l'objet d'une pétition à cause de sa position face à la NRA.

>> L'ACTU : Une interview entre le journaliste Piers Morgan et le défenseur des armes, Larry Pratt, a mal tourné sur CNN. Aujourd'hui, une pétition circule sur Internet pour que le journaliste britannique, installé aux Etats-Unis, soit expulsé du pays.

• Les propos malheureux. "Vous êtes un homme dangereux et stupide". C'est ainsi que Piers Morgan a conclu son interview de Larry Pratt, le directeur exécutif de Gun Owners for America, sur la chaîne CNN. Le journaliste britannique, installé aux Etats-Unis, interrogeait le défenseur du lobby des armes sur son point de vue sur les armes, après le drame de Sandy Hook qui a fait 26 morts dans le Connecticut il y a une semaine.

• Le non argument pro-armes. Tout au long de l'entretien Larry Pratt a soutenu l'importance, pour les écoles américaines, de renforcer le port d'armes afin qu'elles soient plus sûres. Un point de vue jugé absurde par le journaliste qui, chiffres à l'appui, lui a montré que la libre circulation des armes est directement liée au nombre d'homicides.

•Le mot de trop. Piers Morgan a fini par s'agacer et a qualifié Larry Pratt d'homme "extrêmement stupide" à la fin de l'interview (à 11min 52, en anglais).

• La réaction des défenseurs des armes. Les propos de Piers Morgan ont aussitôt fait réagir les défenseurs des armes qui ont lancé une pétition sur le site de la Maison-Blanche afin de demander son expulsion. Tout citoyen américain peut lancer une pétition sur ce site. Si le texte recueille plus de 25.000 signatures en 30 jours, il est examiné par l'administration américaine. Lancée le 21 décembre, la pétition visant Piers Morgan récoltait, le 25 décembre, 61.800 signatures.

• Piers Morgan relativise. Le journaliste ne semble pas pour autant inquiété par le texte qui circule. "Je m'en fiche de la pétition qui demande mon expulsion. Je m'intéresse aux deux pauvres pompiers de l'État de New York qui ont été tués avec une arme d'assaut aujourd'hui", a-t-il réagi, il y a quelques jours. Sur Twitter, le journaliste souhaitait, le 25 décembre, "un joyeux Noël à tous, même à ceux qui veulent me faire expulser".