Un garçon de 8 ans inculpé du meurtre d'un bébé de 1 an aux États-Unis

  • A
  • A
Un garçon de 8 ans inculpé du meurtre d'un bébé de 1 an aux États-Unis
@ Neilson Barnard / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Au moment de ce drame qui s'est déroulé en Alabama il y a un mois, les mères de ces deux enfants étaient sorties en boîte de nuit.

Un garçon de 8 ans a été inculpé de meurtre aux Etats-Unis pour avoir mortellement frappé dans son berceau une enfant d'un an qui pleurait et dont la mère était sortie en boîte de nuit, a annoncé la police. Ce fait divers tragique s'est produit en Alabama, Etat américain qui ne prévoit pas d'âge d'irresponsabilité pénale absolue pour les jeunes mineurs. 

"Violemment agressée". "Depuis 22 ans que je fais ce métier de policier, cette affaire est de loin l'une des plus tristes dont j'ai eu à m'occuper", a confié mercredi Sean Edwards, porte-parole de la police de Birmingham. La petite victime, Kelci Lewis, et sa mère, Katerra Lewis, s'étaient rendues chez une amie de la femme, qui a elle-même plusieurs jeunes enfants. L'enquête de la police a établi que les deux amies étaient sorties en discothèque d'environ 23 heures à 2 heures du matin. Selon la presse locale, six enfants âgés de 1 à 8 ans se sont alors retrouvés ensemble et sans garde. "L'enfant de 8 ans est devenu extrêmement nerveux car la petite d'un an n'arrêtait pas de pleurer", a relaté le lieutenant de police Edwards. "Il l'a alors violemment agressée", a-t-il ajouté. 

"L'intention" de tuer. "Aucune éducation, aucune école, aucun diplôme ni aucune formation ne peut vous préparer à ce qu'un enfant de 8 ans commette un tel crime odieux", a souligné le policier, en répondant par l'affirmative à la question de savoir si l'auteur avait "l'intention" de tuer.  Les faits remontent au 11 octobre mais la police n'a annoncé l'inculpation du garçonnet qu'un mois plus tard. 

La mère inculpée aussi. "Compte tenu de l'inconscience du comportement de la mère, celle-ci a été inculpée d'homicide involontaire", a ajouté Sean Edwards. Elle a cependant été mise en liberté sous caution après avoir payé une somme de 15.000 dollars, selon un document rendu public par le bureau du shérif du comté de Jefferson.