Un Français aux commandes de l’Otan

  • A
  • A
Un Français aux commandes de l’Otan
Partagez sur :

C’est la première fois qu’un non-Américain est nommé à la tête du commandement militaire de l’alliance atlantique.

C’est une première chargée de symbole. Pour la première fois depuis la création de l’Otan en 1949, un non-Américain s’apprête à diriger l’un des deux commandements stratégiques de l’alliance atlantique. Et cinq mois après le retour de la France dans le commandement suprême de l’Otan, c’est un général français, Stéphane Abrial, qui devient à partir de mercredi commandeur suprême de l’organisation. Il prendra ses fonctions à la base de Norfolk, en Virginie.

Stéphane Abrial est loin de débarquer en terre inconnue aux Etats-Unis. Il a été élève à l’école de l’air américaine dans le Colorado, et est revenu outre-Atlantique après la première guerre du Golfe, en 1991, à l’école de guerre aérienne, dans l’Alabama, où l’un de ses deux enfants est né.

Si sa nomination vise clairement à récompenser la France pour son retour au sein du commandement suprême, Stéphane Abrial la joue collectif:



Les tâches ne manquent pas pour le général français. Rénover l’Otan, la rendre plus souple et plus réactive face aux nouvelles menaces. Sans compter la gestion de la lointaine guerre d’Afghanistan. Stéphane Abrial a trois ans, la durée de son mandat, pour mener à bien sa mission.