Un ex-rappeur allemand devenu djihadiste probablement tué par un tir américain

  • A
  • A
Un ex-rappeur allemand devenu djihadiste probablement tué par un tir américain
@ AFP
Partagez sur :

Un ancien rappeur allemand devenu membre du groupe Etat islamique a très probablement été tué récemment par une frappe américaine en Syrie.

Denis Mamadou Cuspert, un ancien rappeur allemand devenu membre du groupe Etat islamique, a très probablement été tué récemment par une frappe américaine en Syrie, a indiqué jeudi un responsable américain de la Défense.

Une frappe "qui ne le visait pas spécifiquement". "Nous pensons qu'il a été tué dans une frappe ce mois-ci", a indiqué cette source sous couvert d'anonymat. Le rappeur, l'un des jihadistes les plus connus d'Allemagne, a été "apparemment" touché par une frappe qui "ne le visait pas spécifiquement", a précisé le responsable. "Il n'était pas considéré comme une cible de grande valeur" que les Etats-Unis cherchaient à éliminer, a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Sur la liste noire des organisations "terroristes". Denis Mamadou Cuspert, connu comme rappeur sous le nom de Deso Dogg, avait déjà été faussement donné pour mort en avril 2014 dans une attaque suicide du Front al-Nosra -branche d'Al-Qaïda en Syrie- contre le groupe Etat islamique. En février 2015, les Etats-Unis avaient annoncé avoir placé Denis Cuspert, dont le nom de guerre était Abou Talha al-Almani, sur leur liste noire des organisations "terroristes".

Un personnage "emblématique des recrues étrangères de l'EI". Selon le département d'Etat américain, le ressortissant allemand âgé d'une quarantaine d'années avait rejoint l'EI en 2012. Il était apparu depuis dans de nombreuses vidéos du groupe, la dernière fois en novembre 2014 où il semblait tenir une tête coupée en affirmant qu'elle était celle d'un homme exécuté pour s'être opposé à l'EI. Cuspert a "fait serment de loyauté envers le chef de l'EI Abou Baqr al-Baghdadi et semble servir d'agent recruteur pour l'EI, notamment de germanophones", avait également estimé Washington, voyant en lui un personnage "emblématique des recrues étrangères de l'EI".