EN IMAGES - Un deuil international après le crash du vol MH17

  • A
  • A
EN IMAGES - Un deuil international après le crash du vol MH17
A Singapour, une femme apprend la mort d'un proche à bord du vol@ Reuters
Partagez sur :

EN IMAGES - Néerlandais, Indonésiens, Malaisiens et d'autres ont perdu des proches dans le crash du Boeing de la Malaysia Airlines en Ukraine.

L’ÉMOTION. 298 personnes ont perdu la vie dans le crash du Boeing de la Malaysia Airlines, qui a terminé sa course dans un champ de l'est de l'Ukraine. Des enfants, des scientifiques, trois nourrissons. La plupart d'entre eux étaient Néerlandais, mais la Malaisie, l'Indonésie ou encore l'Australie pleurent également leurs ressortissants morts dans le crash.

>> LIRE AUSSI - Ils ont failli monter dans l'avion

A l'aéroport de Singapour, une femme, qui attendait de se rendre elle-même à Kuala Lumpur, apprend le crash de l'avion. Un de ses proches qu'elle devait rejoindre dans la capitale malaisienne, voyageait à bord du vol MH17. Une autre jeune femme découvre la mort d'un de ses proches par message.

Crash malaysia airlines MH17 famille victime REUTERS

© Reuters

En Malaisie également, des personnes ont appris l'explosion de l'avion qui transportait des membres de leur famille ou des amis.

Crash malaysia airlines MH17 famille victime REUTERS

© Reuters

A l'aéroport de Sepang, en Malaisie, le proche d'une victime s'énerve contre des journalistes présents. Il attend des informations supplémentaires sur le crash de l'avion en Ukraine.

Crash malaysia airlines MH17 famille victime REUTERS

© Reuters

Les autorités néerlandaises ont pris en charge les proches des victimes à l'aéroport de Schiphol, d'où a décollé le Boeing 777 abattu par un missile. 

Crash malaysia airlines MH17 famille victime REUTERS

© Reuters

>> LIRE AUSSI - Les Pays-Bas en deuil

Les proches des victimes néerlandaises ont ensuite été transportées en bus vers un hôtel mis à disposition par la Malaysia Airlines.

Crash malaysia airlines MH17 famille victime REUTERS

© Reuters

>> LIRE AUSSI - Le crash de trop pour la Malaysia Airlines ?