Un déserteur anglais devant la justice

  • A
  • A
Un déserteur anglais devant la justice
Partagez sur :

Un jeune soldat britannique est devenu le porte-drapeau des opposants à la guerre en Afghanistan. Il risque deux ans de prison.

"La guerre en Afghanistan ne réduit pas le risque terroriste et, loin d'améliorer la vie des Afghans, sème la mort et la désolation dans tout le pays. La Grande-Bretagne n'a rien à faire dans ce pays". C’est en adressant ces mots dans une lettre ouverteau premier ministre Gordon Brown qu’un soldat britannique de 27 ans est devenu le porte-drapeau des opposants à l'engagement britannique en Afghanistan.

Joe Glenton s'était engagé dans l'armée en 2004. Deux ans plus tard, il est envoyé en Afghanistan, où plus de 9.000 soldats britanniques sont actuellement déployés. "Dès le départ c'était très difficile", a-t-il raconté auGuardian. "Il y avait une telle confusion sur les raisons de notre présence, soit pour éliminer les cultures de pavot, soit pour la sécurité nationale, ça semblait changer tout le temps."

Il rentre au Royaume-Uni à la fin de sa première mission un an plus tard. "Je ne voyais pas ce qu'on avait apporté à ce pays, j'avais honte", poursuit-il. Le jeune caporal décide de déserter lorsque l'armée lui annonce qu'il doit retourner en Afghanistan, en 2007. Il s'enfuit alors en Asie puis en Australie où il se marie.

Le déserteur s’est rendu aux autorités militaires après deux ans et demi de cavale pendant lesquels il a rejoint les rangs de la coalition pacifiste Stop the War. Rattrapé par la justice militaire, ce soldat du régiment de soutien logistique Royal Logistics Corps a brièvement comparu devant la justice lundi. Une simple audience avant sa comparution devant une cour martiale dans les prochains mois. Il risque deux ans de prison.

Cette affaire survient alors que le débat sur l'engagement britannique a été relancé ces dernières semaines par une brusque aggravation des pertes humaines britanniques en Afghanistan. Les conséquences n’ont pas tardé à apparaître : le ministre des affaires militaires a déclaré lundi qu’il fallait s’attendre à un changement radical de la politique britannique à l’étranger. Une décision de bon augure pour Joe Glenton.