Un député britannique veut faire "ce que fait Hollande"

  • A
  • A
Un député britannique veut faire "ce que fait Hollande"
@ REUTERS
Partagez sur :

OH LA LA - Le chef de l'opposition a déclenché l'hilarité à la Chambre des communes.

L'info. Il a suscité l'hilarité à la Chambre des Communes. Le chef de l'opposition a assuré mercredi qu'il rêvait d'imiter "ce que Hollande fait en France", avant que le Premier ministre n'explique que le modèle à suivre était économique.

"Oh la la". "Le chef de l'opposition Ed Miliband a déclaré : "ce qu'Hollande fait en France, je veux le faire en Grande-Bretagne", a commencé le député conservateur Andrew Bridgen, aussitôt interrompu par un concert de rires et de "Oh la la". "Mes très honorables amis ne pensent-ils pas que ceci irait totalement à l'encontre de nos plans économiques sur le long terme", a ensuite poursuivi l'élu.
"Je n'ai pas suivi toute la conférence de presse du président Hollande hier, mais ce qui m'a frappé est que les propositions françaises consistent désormais à couper dans les dépenses et à alléger les impôts, de manière à rendre l'économie plus compétitive", est alors intervenu le Premier ministre David Cameron. "Le responsable de l'Economie au sein du gouvernement fantôme (travailliste) pourrait s'inspirer de quelques unes de ces idées, et reconnaître que la révolution qui consiste à rendre l'économie plus compétitive, à essayer de gagner la bataille globale, constitue une bonne façon d'aborder l'économie", a ajouté le chef du gouvernement, saluant implicitement les annonces faites mardi par le président français.
"Sa conversion" à la "social-démocratie". Mercredi, plusieurs médias britanniques ont bien accueilli les réformes fiscales favorables aux entreprises de François Hollande, ainsi que "sa conversion" à la "social-démocratie". Le Financial Times, quotidien des milieux d'affaires, a reconnu les mérites du discours présidentiel visant à éviter que la France ne devienne "l'homme malade de l'Europe". Mais les quotidiens se sont cependant surtout attardés sur les explications, insuffisantes à leurs yeux, fournies par François Hollande à propos de la liaison qui lui est prêtée avec l'actrice Julie Gayet.
Mardi, les chaînes d'information en continu BBC et Sky News avaient diffusé en direct une bonne partie de la conférence de presse du chef de l'Etat. Un large bandeau sur Sky News expliquait cependant la raison de cet intérêt inhabituel pour un événement de politique intérieure française. Il promettait des révélations sur "The French affair" (l'affaire française).