Un député anglais à une "soirée nazie"

  • A
  • A
Un député anglais à une "soirée nazie"
Aidan Burley, 32 ans, était très apprécié du Premier ministre David Cameron.@ DAILY MAIL
Partagez sur :

Aidan Burley a été filmé le 3 décembre dernier dans un restaurant de Val Thorens, en Savoie.

Aidan Burley, un jeune député britannique conservateur de 32 ans, a été filmé lors d'une soirée le 3 décembre dans un restaurant de Val Thorens, en Savoie, en compagnie de convives qui ont entonné des chants hitlériens alors que l'un d'eux était déguisé en officier SS. Une affaire dénoncée en France par SOS Racisme et qui suscite en Grande-Bretagne une vaste polémique.

Le député apparaît attablé avec un homme portant un costume nazi, montre The Daily Mail :

22.12 député Aidan Burley nazi

© DAILY MAIL


Dans une autre vidéo postée sur You Tube et qui depuis a été retirée, on aperçoit les participants à cet enterrement de vie de garçon de mauvais goût chanter: "Mein Fuhrer! Mein Fuhrer ! Mein Fuhrer !, Himmler ! Himmler ! Himmler ! Eichmann ! Eichmann ! Eichmann !", puis l'un d'eux "porter un toast au IIIe Reich", a affirmé Hamdy Boussouiba, directeur de SOS Racisme Haute-Savoie.

"Une enquête préliminaire" a été ouverte mercredi, selon le procureur d'Albertville, Patrick Quincy. L'"apologie de crime de guerre ou contre l'humanité" est passible de cinq ans de prison et 45.000 euros d'amende, et celui de "port d'uniforme et d'insigne d'une organisation criminelle contre l'humanité" de 1.500 euros. 

Il était très apprécié de David Cameron

Aidan Burley, visiblement très apprécié du Premier ministre, selon le Guardian, s'est vu retirer sa fonction de chargé de mission auprès du secrétaire aux Transports. Dans un premier temps, David Cameron n'a pris aucune sanction, mais la disgrâce est venue quand le Daily Mail a révélé, quelques jours plus tard, que le jeune homme avait loué lui-même l'uniforme de nazi. Aidan Burley a présenté ses excuses sur son compte Twitter, affirmant regretter "profondément le comportement inadéquat de certains invités" à cette soirée.

Aidan Burley a estimé jeudi qu'il n'avait rien à se reprocher. "Une enquête préliminaire a été ouverte et j'ai cru comprendre que je n'étais pas au centre de ces investigations (...) Je ne crois pas avoir enfreint en quoi que ce soit la loi française et j'ai pris mes distances avec le comportement de certains convives de cette soirée d'enterrement de vie de garçon", a-t-il souligné.

Les éditorialistes de la presse britannique n'ont pas de mots assez durs pour qualifier le comportement du jeune favori déchu. "Pourquoi ne faut-il pas lui pardonner ?", s'interroge, implacable, une journaliste dans The Telegraph, affirmant que l'immaturité ne peut être invoquée car Aidan Burley est diplômé d'Oxford et, à 32 ans, il "a été considéré comme assez mature pour représenter le peuple au Parlement".

Sa carrière terminée ?

Dans le Guardian, Michael White affirme qu'il ne s'agit pas là d'un "petit incident dû à quelques crétins avinés". Le journaliste souligne le contexte européen particulièrement tendu et assure que "ce n'est pas le moment de faire des blagues nazies". Quant à la carrière du jeune député, elle n'est pas nécessairement terminée, "sauf si les Français décident de faire des histoires [...] et de poursuivre les participants à la soirée pour infraction à la loi française".

Ce qui pourrait bien être le cas : SOS Racisme a annoncé son intention de porter plainte auprès du tribunal d'Albertville. La juridiction indique ne pas avoir été mis au courant des faits, mais que si ceux-ci étaient avérés, "ils tombaient sous le coup de la loi".

Le restaurant s'apprête également à porter plainte pour "incitation et provocation à la haine raciale" et "apologie de crime contre l'humanité", a annoncé jeudi son avocat, Julien Andrez. Celui-ci a cependant insisté sur le fait que le personnel avait fait retirer ses insignes nazis au convive costumé. "Le personnel a demandé au client d'enlever ses insignes nazis. Ils pensaient que cela suffirait. Il n'y a pas eu de dérapage pendant le repas qui ait pu justifier un appel à la police", a-t-il plaidé.