Un conseiller de Trump démissionne après des accusations de violences conjugales

  • A
  • A
Un conseiller de Trump démissionne après des accusations de violences conjugales
Rob Porter a assuré dans un communiqué que "ces allégations scandaleuses sont simplement fausses".@ NICHOLAS KAMM / AFP
Partagez sur :

Le secrétaire personnel de la Maison-Blanche a démissionné après les témoignages, photos à l'appui, de deux ex-femmes l'accusant de violences domestiques.

Le secrétaire du personnel de la Maison-Blanche, Rob Porter, a démissionné après avoir été accusé publiquement par deux ex-femmes de violences domestiques.

Une "pleine confiance en ses capacités". "Le président et le secrétaire général avaient pleine confiance en ses capacités et sa performance", a dit mercredi la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders. "Il démissionne de la Maison-Blanche" mais va rester pour assurer une transition en douceur, a-t-elle dit.

Des allégations "fausses". Au cours de son point presse, Sarah Sanders a lu aux journalistes un communiqué de Rob Porter. "Ces allégations scandaleuses sont simplement fausses. J'ai pris les photos données aux médias il y a près de 15 ans et la réalité derrière elles n'est en aucun cas proche de ce qui est décrit", déclare ce communiqué.

Des témoignages et des photos. La démission intervient après que des articles publiés dans le Daily Mail et The Intercept (en anglais) ont rapporté des témoignages de deux ex-femmes de Rob Porter, Colbie Holderness et Jennifer Willoughby, dénonçant des abus physiques et psychologiques. Deux photos montrent Colbie Holderness avec un œil au beurre noir, résultat d'un coup de poing asséné par Rob Porter, selon elle.

"Toute personne a le droit de défendre sa réputation". Le secrétaire général de la Maison-Blanche, John Kelly, a déclaré dans un communiqué qu'il était "choqué" par les allégations contre Rob Porter, déclarant qu'"il n'y a pas de place pour la violence domestique dans notre société".

"Je maintiens mes déclarations précédentes sur le Rob Porter que j'ai appris à connaître depuis que je suis devenu secrétaire général, et je crois que toute personne a le droit de défendre sa réputation", a poursuivi John Kelly. "J'ai accepté sa démission aujourd'hui et j'assurerai une transition rapide et ordonné", a-t-il déclaré.