Un condamné à mort réhabilité au Texas ?

  • A
  • A
Un condamné à mort réhabilité au Texas ?
@ YOUTUBE ABC NEWS
Partagez sur :

Todd Willingham a été exécuté en 2004. Il pourrait être réhabilité à titre posthume. Une première.

Aucun condamné à mort n’a jamais été réhabilité à titre posthume depuis le rétablissement de la peine capitale aux Etats-Unis en 1976. Et c’est le Texas, l’un des Etats les plus sévères et les plus conservateurs en la matière, qui pourrait faire pour la toute première fois un tel "mea culpea".

Une audience doit avoir lieu mercredi et jeudi à Austin pour examiner le dossier de Cameron Todd Willingham. Condamné à mort en 1992 pour avoir mis le feu à sa maison, un incendie dans lequel ses trois filles avaient été tuées, il a été exécuté en 2004. Il avait clamé son innocence jusqu’au dernier moment.

C’est sa famille qui a engagé une procédure pour obtenir une réhabilitation à titre posthume. De nombreux éléments dans son dossier pèsent en sa faveur, notamment des rapports d’experts qui affirment que l’incendie n’était pas volontaire mais accidentel.

Des éléments à décharge

Quant au témoin qui avait assuré avoir entendu des aveux de la bouche de Todd Willingham, il s’est depuis rétracté et devra être auditionné de nouveau.

Le juge qui a pris en charge ce dossier, Charlie Baird, est très engagé dans ce combat. Il y a un an et demi, il avait innocenté un condamné, mort en prison après 25 ans d'incarcération pour viol. "Je ne vois rien d'aussi important dans notre système judiciaire que de blanchir quelqu'un qui était en réalité innocent, mais a été condamné et exécuté", s’est-il justifié.

Une affaire très politique

Mais l’affaire n’est pas que judiciaire. Elle est aussi explosive sur le plan politique. Le gouverneur du Texas, Rick Perry a qualifié Todd Willingham de "monstre", a refusé toutes les demandes pour éviter son exécution et a tout fait ensuite pour clore l’affaire. Or il est aujourd’hui en pleine campagne électorale, candidat à sa réélection. Et le scrutin aura lieu en novembre prochain, rappelle le Los Angeles Times.