Un colis piégé adressé à Nicolas Sarkozy

  • A
  • A
Un colis piégé adressé à Nicolas Sarkozy
@ REUTERS
Partagez sur :

Ce paquet a été intercepté en Grèce. Des militants d'extrême-gauche sont soupçonnés.

Au moins trois paquets suspects ont été découverts lundi à Athènes, en Grèce. L’un d’eux était adressé à Nicolas Sarkozy, a indiqué la police grecque. Quatre suspects ont été arrêtés. Il s’agirait de membres de groupuscules d'extrême-gauche.

C'est la standardiste d'une société de courrier qui, la première, a donné l'alerte. Elle a reconnu deux individus qui étaient déjà venus la semaine dernière et a senti une forte odeur de poudre en réceptionnant leur colis. Qu'elle a immédiatement jeté à terre. Ce premier paquet, adressé à l'ambassade du Mexique en Grèce, a explosé, la blessant légèrement à la main.

Au moins trois paquets suspects

En alerte, la police grecque a alors découvert dans un autre centre de tri postal un second colis piégé, destiné lui à l'ambassade des Pays-Bas. Les deux suspects, rapidement identifiés, ont été interpellés peu après dans les rues d'Athènes. C'est le troisième paquet qu'ils s'apprêtaient à poster qui était destiné à Nicolas Sarkozy.

"L'affaire apparaît de fait assez ridicule, dans le cas de M. Sarkozy il est évident que ce paquet n'aurait jamais pu atteindre son destinataire", a cependant indiqué le porte-parole de la police, Thanassis Kokalakis. Dans l'immédiat, l'Elysée n'a pas souhaité faire de commentaires.

Pas de liens avec Al-Qaïda

Quatre personnes, deux hommes et deux femmes, ont été arrêtées. Les femmes ont été rapidement libérées. L'un des suspects était armé, équipé de gilet pare-balles et dissimulé sous une perruque. Le plus jeune est déjà connu des services de police pour appartenir à des groupes d'extrême-gauche qui ont revendiqué pas moins de 15 attentats depuis 2003 en Grèce.

"La police croit qu'il n'existe pas de liens avec Al-Qaïda", a tenu à préciser le porte-parole de la police grecque. Cette affaire intervient cependant dans un climat de vigilance accrue, après la découverte vendredi de deux colis suspects dans des avions cargo à destination des Etats-Unis.