Un Chinois condamné pour des banquets à la viande de tigre

  • A
  • A
Un Chinois condamné pour des banquets à la viande de tigre
@ STRDEL / AFP
Partagez sur :

Ce riche homme d'affaires avait acheté trois tigres pour les manger. Il a écopé d'une peine de 13 ans de prison.

Les goûts de luxe de monsieur Xu vont lui coûter cher. Cet homme d'affaires chinois qui organisait des banquets avec de la viande de tigre a été condamné à 13 ans de prison. Il devra également verser une amende de 1,55 million de yuans (soit 205.000 euros). Ses 14 compagnons de festivités ont de leur côté été condamnés à des peines de cinq à six ans et demi de prison.

Des dégustations de sang de tigre. Promoteur immobilier, monsieur Xu avait développé un goût particulier pour les grillades d'os de tigre ou les dégustations alcoolisées de sang de tigre. Il aimait aussi désosser les pattes de tigre et prisait comme un organe très recherché le pénis du félin. Dans la médecine traditionnelle chinoise, les produits dérivés du tigre sont parés de vertus controversés. Malgré l'interdiction, ceci alimente le braconnage du félin, également associé à un statut social élevé dans l'histoire et la mythologie chinoises.

Une façon d'afficher sa fortune. Monsieur Xu, dont le nom complet n'a pas été révélé, avait ainsi acheté trois tigres et consommé leur viande. Dans son réfrigérateur, les policiers ont saisi huit morceaux de viande et l'homme a été reconnu coupable d'avoir organisé l'an dernier trois voyages à Leizhou, dans la province méridionale du Guangdong, pour une quinzaine de convives. Ceux-ci avaient acheté "pour un montant très élevé" un tigre, mis à mort et dépecé devant ses acquéreurs. Les fauves étaient tués devant des personnalités locales, fières d'afficher ainsi leur fortune.

Ces banquets spectacles, qui évoquent les jeux du cirque, ont été révélés grâce à une opération policière dans la commune de Zhanjiang, qui avait permis de saisir le cadavre d'un tigre récemment tué et divers produits dérivés du félin. Une vidéo apparemment tournée de façon clandestine et publiée sur Internet avait permis de dévoiler le déroulement de leurs soirées. On y voyait un tigre prisonnier d'une cage exiguë subir une électrocution avant d'être découpé en morceaux.