Un avion volait avec un trou large comme un ballon de foot

  • A
  • A
Un avion volait avec un trou large comme un ballon de foot
Partagez sur :

Le Boeing 737 de la compagnie Southwest Airlines a dû atterrir d’urgence, lundi, à Charleston, aux Etats-Unis.

Les 126 passagers d’un Boeing 737 de la compagnie Southwest Airlines, qui reliait Nashville, dans le Tennessee, à Baltimore, dans le Maryland, lundi, en auront été quittes pour une grosse frayeur : leur avion a dû se poser d’urgence sur l’aéroport de Charleston, en Virginie occidentale, à peu près à mi-chemin, après qu’ils ont signalé un trou dans le fuselage.

De la taille d'un ballon de football,le trou a provoqué une dépressurisation de la cabine et contraint le pilote à procéder à un atterrissage d'urgence. "La cabine de l'avion a été dépressurisée pendant environ 30 minutes durant le vol, ce qui a déclenché les masques à oxygène" dans toute la cabine, a précisé la compagnie dans un communiqué.

La chaîne de télévision locale WTVF, affiliée au réseau CBS, a diffusé les images filmées par un passager de l’appareil sur son téléphone portable. Les images tremblent, mais montrent un trou assez large, même si les passagers ne semblent pas paniquer :

Southwest Airlines, qui est la première compagnie aérienne low-cost, se contente, de son côté, d’évoquer "un petit trou situé au milieu de la cabine, près du sommet de l'appareil", dans son communiqué.

avion-southwest
Des photos de l’appareil endommagé ont également été posétes sur Twitter : sur celles postées par "bizpolicy" qui dit les avoir obtenues "par un ami", on peut y voir tout à la fois les dégâts occasionnés sur la carlingue de l’appareil, mais également la réaction des passagers, une fois les masques à oxygène tombés à l’intérieur de l’appareil (ci-contre).

Southwest Airlines a indiqué qu'elle allait inspecter sa flotte de Boeing 737-300, dont elle possède près de 200 modèles. En mars 2008, la compagnie avait immobilisé 44 de ses appareils, une semaine après avoir essuyé une amende record pour ne pas avoir effectué les contrôles requis sur l'état de leur fuselage.