Un attentat d'un groupe islamiste déjoué en Bosnie

  • A
  • A
Un attentat d'un groupe islamiste déjoué en Bosnie
Les suspects se rassemblaient, selon le parquet, dans un lieu de prière de la banlieue de Sarajevo.@ AFP
Partagez sur :

Onze membres présumés de la mouvance islamistes ont été arrêtés mardi, à Sarajevo, lors d'une opération de police.

Un procureur bosnien chargé du terrorisme a affirmé qu'un groupe d'islamistes arrêtés récemment planifiait de perpétrer une attaque à Sarajevo à l'occasion des fêtes de fin d'année et de tuer "une centaine de personnes", a rapporté samedi une chaîne de télévision publique. Onze membres présumés de la mouvance islamistes, dont des prédicateurs radicaux, ont été arrêtés mardi en plusieurs endroits à Sarajevo lors d'une opération de police.

Une attaque à l'explosif. Un tribunal de Sarajevo a ordonné vendredi la mise en détention pendant 30 jours de huit des ces onze suspects, a rapporté la chaîne RTRS. Le procureur Dubravko Campara, cité par la chaîne, a déclaré lors d'une audition devant ce tribunal que ce groupe entendait perpétrer "un acte terroriste pendant les fêtes de fin d'année". "Ils menaçaient de perpétrer une attaque à l'explosif dans laquelle une centaine de personnes seraient tuées", a déclaré Dubravko Campara. Les avocats des suspects ont affirmé pour leur part que ces accusations du parquet étaient une "simple farce" et que leurs clients "n'avaient fait que pratiquer leur religion".

Un drapeau de l'État Islamique. Les suspects se rassemblaient, selon le parquet, dans un lieu de prière de la banlieue de Sarajevo, installé dans une maison qu'ils louaient. Après leur arrestation, le parquet avait diffusé à la presse une photo prise dans ce lieu de prière montrant un panneau sur lequel était imprimé le drapeau du groupe État Islamique. Aucun explosif n'a été trouvé dans l'opération, a toutefois précisé le procureur. Le jour de l'opération, le parquet avait indiqué que "des preuves matérielles sur des liens avec des structures du groupe État islamique ont été saisies". L'opération s'est déroulée dans plusieurs quartiers de Sarajevo, notamment à Rajlovac où deux militaires bosniens ont été tués en novembre dans une attaque à l'arme automatique perpétrée par un islamiste qui s'est ensuite suicidé.