Un attentat déjoué en Belgique

  • A
  • A
Un attentat déjoué en Belgique
@ MAXPPP
Partagez sur :

Quinze personnes ont été interpellées mardi, à Anvers notamment. Leur cible n'a pas été précisée.

Un attentat était en préparation en Belgique. Une quinzaine de personnes ont été interpellées mardi à Anvers, ainsi qu'en Allemagne et aux Pays-Bas, dans le cadre d’une "enquête en matière de de terrorisme jihadiste international", a annoncé une porte-parole du parquet fédéral. Ces personnes liées à la mouvance islamiste, et résidant "principalement à Anvers" sont soupçonnées d’avoir préparé un attentat sur le sol belge, contre une cible "pas encore déterminée".

Les prévenus sont "de nationalité belge, néerlandaise, marocaine ou russe (d'origine tchétchène)", a précisé le parquet. Ces personnes utilisaient le site internet extrémiste Ansar Al Mujahideen afin de mettre en oeuvre leur dessein. Parmi eux, un Russe de 31 ans, soupçonné de recruter des combattants pour la Tchétchénie, a été arrêté près d'Aix-la-Chapelle.

Outre la préparation d'un attentat, elles sont soupçonnées d'avoir recruté des "candidats-jihadistes" et d'avoir financé une "organisation terroriste tchétchène, l'Emirat du Caucase", selon la même source.

Plusieurs autres arrestations

L'enquête avait démarré "fin 2009". "Plusieurs personnes ont déjà été arrêtées en Espagne, au Maroc et en Arabie saoudite au cours de l'enquête", a dévoilé le parquet, alors qu'un second volet de cette enquête s'est "concentré sur les recruteurs, les candidats-djihadistes et le financement d'une organisation terroriste tchétchène".

Les perquisitions en Belgique ont été menées par la police judiciaire fédérale, la police locale d'Anvers, des unités spéciales de la police fédérale et des services de police néerlandais et allemands.

Pas de renforcement de la sécurité

A ce stade, la Belgique n'a "pas décidé de mettre en place des mesures de sécurité supplémentaires", a indiqué un porte-parole du Centre de crise du gouvernement belge. Les Pays-Bas ne comptent pas non plus revoir à la hausse le "niveau de risque de menace terroriste", qui reste "limité", selon la porte-parole du coordonnateur national contre le terrorisme.

Ce coup de filet intervient alors que les menaces d'attentats se sont multipliées ces derniers temps en Europe. La coupole et la terrasse du Reichstag à Berlin, siège de la chambre des députés allemands ont été fermées au public lundi jusqu'à nouvel ordre, suite à un risque d'attentat. Deux colis piégés destinés aux Etats-Unis et envoyés du Yémen auraient également pu exploser en plein vol le mois dernier s'ils n'avaient été interceptés dans des aéroports de Dubaï et de Grande-Bretagne.