Ukraine : un juge pris en flagrant délit de corruption

  • A
  • A
Ukraine : un juge pris en flagrant délit de corruption
Le Parlement peut décider ou non de retirer l'immunité du juge.@ GENYA SAVILOV / AFP
Partagez sur :

Le juge a été surpris en train d'accepter un pot-de-vin de 150.000 dollars. Mais il ne peut pas être jugé en raison de son immunité.

Un juge ukrainien a été surpris en train d'accepter un pot-de-vin de 150.000 dollars mais n'a pas pu être arrêté en raison de son immunité, a indiqué mercredi le procureur en charge du département anti-corruption, critiquant le système actuel de lutte contre ce mal endémique en Ukraine. Mardi, "les détectives du bureau national anti-corruption (...) ont surpris le juge du quartier Dniprovski de la ville de Kiev, Mykola Tchaous, alors qu'il prenait un pot-de-vin de 150.000 dollars" (environ 134.000 euros), a écrit le procureur Nazar Kholodnitski sur sa page Facebook.

Seul le Parlement peut autoriser son arrestation. Le procureur a également publié une photographie montrant un pot en verre, saisi durant l'opération et contenant des liasses de billets. Selon lui, ce genre de crimes est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à douze ans de prison. Mais il a ajouté que Mykola Tchaous n'avait pas pu être interpellé car il dispose d'une immunité en tant que juge et que seule une décision du Parlement, la Rada, pourrait permettre son arrestation. Or, "étant donné que la Rada est actuellement en vacances, elle n'est pas en mesure d'examiner rapidement la possibilité de donner son consentement à son arrestation", a écrit Nazar Kholodnitski.

Un véritable fléau en Ukraine. "Nous observons que le principal obstacle pour traduire en justice (les corrompus, ndlr) est un vieux système juridique, qui ne peut s'empêcher de soutenir la caste des 'intouchables'", a-t-il conclu. La corruption est un véritable fléau en Ukraine. Depuis plusieurs mois, le Fonds monétaire international (FMI) a suspendu son aide en raison, entre autres, des manques de progrès de la lutte anti-corruption dans le pays. Les autorités pro-occidentales affirment pourtant vouloir faire de la lutte contre ce mal endémique une priorité. En juillet, le parquet de Kiev a annoncé l'arrestation du vice-ministre ukrainien de la Santé Roman Vasylychine, soupçonné d'avoir établi un système de corruption et d'extorsion de fonds auprès de médecins.