Ukraine : quiproquo sur un cessez-le-feu

  • A
  • A
Ukraine : quiproquo sur un cessez-le-feu
Un véhicule de l'armée ukrainienne dans l'est du pays (illustration)@ Reuters
Partagez sur :

La présidence ukrainienne a annoncé être tombée d'accord avec Moscou pour un "cessez-le-feu permanent" dans l'est du pays. Le Kremlin dément.

L'INFO. Après cinq mois de guerre, l'est de l'Ukraine pourrait enfin voir un début de paix. Vladimir Poutine, le président russe, et Petro Porochenko, son homologue ukrainien, se sont mis d'accord sur un "cessez-le-feu permanent" mercredi, apprend-on de la présidence ukrainienne. Problème : le Kremlin dément.

"Le président ukrainien a discuté avec le président russe d'un cessez-le-feu total", peut-on lire dans un communiqué, publié côté ukrainien. Vladimir Poutine et Petro Porochenko "sont tombés d'accord sur un cessez-le-feu dans le Donbass", le bassin minier de l'Est qui comprend les régions de Donetsk et de Lougansk en proie à de violents combats. 

"La Russie pas impliquée dans le conflit". Mais le porte-parole de Vladimir Poutine explique qu'aucun accord n'a été conclu, puisque "la Russie n'est pas partie prenante au conflit ukrainien". "Poutine et Porochenko ont en effet discuté des mesures qui seraient favorables à un cessez-le-feu entre les rebelles et les forces ukrainiennes. La Russie ne peut concrètement pas négocier un cessez-le-feu, car elle n'est pas partie prenante au conflit", a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, 

Sur le site du Kremlin, un communiqué évoque une conversation téléphonique entre les deux hommes, indiquant que "le point de vue des présidents des deux pays sur les moyens de sortir de la crise coïncident largement". La semaine précédente, les deux dirigeants s'étaient rencontrés à Minsk, en Biélorussie, dans un contexte particulièrement tendu après une reprise des violences dans l'Est. Moscou a toujours nié avoir volontairement envoyé des soldats russes en Ukraine.

Barack Obama, dans un discours préliminaire au sommet de l'OTAN qui doit se tenir à la fin de la semaine, a déclaré à Tallinn en Estonie, qu'il était "trop tôt pour dire ce que ce cessez-le-feu signifie". "Il y a une opportunité, voyons si elle se concrétise", a-t-il ajouté.

Au total, la guerre en Ukraine a fait plus de 2.000 morts et 500.000 déplacés, selon le Haut commissariat aux réfugiés.