Ukraine : Poutine écarte l'idée d'une intervention militaire

  • A
  • A
Ukraine : Poutine écarte l'idée d'une intervention militaire
Le président russe donne des signes d'apaisement sur le dossier ukrainien@ Reuters
Partagez sur :

DÉSESCALADE - Le président russe demande au Sénat russe d'abroger la résolution lui donnant l'autorisation d'envoyer des troupes en Ukraine.

L'INFO. Vladimir Poutine a demandé mardi au Parlement russe d'abroger la résolution l'autorisant à intervenir militairement en Ukraine. La Douma avait voté le 1er mars un texte donnant le pouvoir au président russe d'envoyer son armée sur le sol ukrainien, pour protéger les populations russophones.

C'est un nouveau signe d'une désescalade qui s'est amorcée lors de la visite des présidents russe et ukrainien en Normandie, pour les commémorations du Débarquement.

La résolution annulée dès demain. Dans une lettre envoyée au Sénat russe, le président a "proposé au Conseil de la Fédération (chambre haute, NDLR) d'annuler la décision du 1er mars sur le recours à l'armée russe en territoire ukrainien", a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov. Cette décision a été prise "dans le but de normaliser la situation" en Ukraine, a-t-il également indiqué. 

Un responsable de la chambre haute du Parlement russe, Andreï limov, a déclaré à l'agence Interfax que les sénateurs annuleraient dès mercredi l'autorisation d'intervention de l'armée.

Les soldats officiellement jamais en Ukraine. Le président russe a toujours refusé d'admettre la présence de soldats russes en Ukraine, comme en Crimée. Entre temps, Kiev a perdu la péninsule criméenne après un référendum controversé ainsi que le contrôle sur les régions de l'Est, désormais aux mains d'insurgés.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

ESPOIR - Peut-on croire à une désescalade ?

LA PROPOSITION - Le président ukrainien propose un dialogue aux séparatistes

ZOOM - Ukraine : Hollande et Obama menacent de "nouvelles mesures"

ETRANGE - L'Ukraine proclame un cessez-le-feu... sans la Russie

TENSIONS - Une trêve très précaire dans l'est de l'Ukraine