Ukraine : peut-on croire à une désescalade ?

  • A
  • A
Ukraine : peut-on croire à une désescalade ?
Le président ukrainien Petro Porochenko a décrété un cessez-le-feu unilatéral dans l'est du pays.@ REUTERS
Partagez sur :

GUERRE OU PAIX - Le président ukrainien a présenté un plan de paix soutenu par Moscou. Mais les violences se poursuivent dans l’est de l’Ukraine.

Depuis avril, les violences dans l’est de l’Ukraine ont déjà fait au moins 375 morts. Pour tenter de restaurer la paix dans la région, le nouveau président ukrainien Petro Porochenko a présenté un plan qui contient, entre autres, une proposition de dialogue avec les insurgés qui n’ont commis "ni meurtre ni torture". Un cessez-le-feu unilatéral des troupes ukrainiennes est aussi entré en vigueur dimanche, pour une durée d’une semaine. 

Le président ukrainien Petro Porochenko

© REUTERS

Le plan du président ukrainien, soutenu par l’Union européenne, prévoit aussi la création d’une zone tampon de dix kilomètres à la frontière entre l’Ukraine et la Russie, ainsi qu’un couloir pour les mercenaires russes, qui pourraient rentrer en Russie, une fois leurs armes déposées. Petro Porochenko a prévenu : il s’agit là d’un "plan A". En cas d’échec, il assure avoir un "plan B" prévu, qui comprendrait sans doute un nouvel assaut des forces armées, écrit The Guardian. Peut-on espérer une vraie désescalade dans l’est de l’Ukraine ? Europe1.fr pèse le pour et le contre. 

#Un réchauffement diplomatique

Le dialogue renoué. Depuis quelques jours, les présidents ukrainien et russe se parlent. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Petro Porochenko a ainsi appelé son homologue russe Vladimir Poutine pour discuter de son plan de paix. Et pourtant, ce n’était pas gagné : après une première amorce de détente à l'occasion du 70e anniversaire du débarquement en Normandie, le ton était une nouvelle fois monté après la destruction d’un avion militaire ukrainien en plein vol. Petro Porochenko et Vladimir Poutine semblent désormais avoir repris contact pour tenter de trouver une solution à la crise en Ukraine. 

Poutine Porochenko Merkel Allemagne Russie Ukraine

© Reuters

Le soutien de Poutine... Le président russe a d’ailleurs apporté dimanche son soutien au plan de son homologue ukrainien, tout en appelant à un "dialogue substantiel" entre Kiev et les rebelles prorusses. "La Russie soutiendra certainement ces intention", a-t-il assuré à propos du plan de paix, qu’il a qualifié de "pas important" vers un accord final. 

#Des violences sur le terrain

et des messages contradictoires. Mais les messages envoyés par Vladimir Poutine semblent contradictoires. Lui qui soutient - certes mollement - le plan de Petro Porochenko a aussi placé samedi les troupes armées du centre de la Russie en état d’alerte. Kiev et ses alliés s’inquiètent en outre de la présence de nouvelles forces russes, placées le long de la frontière. 

Des séparatistes prorusses à Donetsk

© REUTERS

Les insurgés pas convaincus. Sur le terrain, les principaux intéressés semblent en outre rétifs à la proposition de Petro Porochenko. Un porte-parole de la république séparatiste autoproclamée de Donetsk a ainsi rejeté dimanche le cessez-le-feu unilatéral visant au désarmement des rebelles. Le cessez-le-feu n’a pas mis fin à la violence : depuis son entrée en vigueur, pas moins de onze attaques ont été recensées contre l’armée. Des gardes-frontières ont notamment essuyé des tirs de mortier. Et la tension n’a pas faibli lundi : près de Lougansk, des soldats ukrainiens se sont retrouvés encerclés par des rebelles après avoir tenté de reprendre un poste-frontière. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

LA PROPOSITION - Le président ukrainien propose un dialogue aux séparatistes

ZOOM - Ukraine : Hollande et Obama menacent de "nouvelles mesures"

ETRANGE - L'Ukraine proclame un cessez-le-feu... sans la Russie

TENSIONS - Une trêve très précaire dans l'est de l'Ukraine