Ukraine : Marioupol se prépare à des combats de rue

  • A
  • A
Ukraine : Marioupol se prépare à des combats de rue
@ EUROPE1/WALID BERRISSOUL
Partagez sur :

REPORTAGE E1 - Dans cette ville industrielle, des habitants de tous âges se préparent à tenir tête aux forces pro-russes.

A Marioupol, cette ville portuaire stratégique d’Ukraine située sur les bords de la mer d'Azov, les habitants craignent à tout moment un assaut des pro-russes. Du coup, jeunes ou vieux, certains habitants de cette dernière enclave des pro-Kiev s'entraînent quotidiennement pour être prêts à se battre. Un journaliste d'Europe 1 a assisté à l'un de ces entraînements.

entr

© EUROPE1/WALID BERRISSOUL

>> LIRE AUSSI - Ukraine : des milices se préparent à la guérilla contre les pro-russes

Ce jour-là, des habitants se répartissent en petits groupes : l'atelier kalachnikov pour apprendre à tirer et, juste à côté, "un instructeur" donne le mode d'emploi d'un lance-grenades devant quelques habitants.

"_ J'ai une question : je dois enlever le bouchon avant de tirer ou ça s’enlève tout seul ?

_ Non, non, c'est automatique : tu enlèves juste la sécurité, tu vises et tu tires."

tirs

© EUROPE1/WALID BERRISSOUL

>> LIRE AUSSI - Ukraine : dissolution et élections anticipées en octobre

Evgueni, 70 ans, a passé au moins dix minutes à comprendre comme fonctionne un lance-roquettes. "J'ai servi dans l'armée soviétique il y a quarante ans. Moi je ne veux pas fuir. Je veux protéger mes petits-enfants", a t-il expliqué au micro d'Europe1.

papi

© EUROPE1/WALID BERRISSOUL

Le vieux monsieur a ensuite passé l'arme à un ado qui pourrait justement être son petit-fils. Daniul a 17 ans et, comme les autres, il se prépare, non pas pour le front, mais pour, dit-il, la guérilla urbaine dans les rues de Marioupol : "si Poutine envoie son armée ici, on sera prêt pour la combattre dans la rue", a-t-il dit au journaliste d'Europe 1.

"Il n'y a pas de temps à perdre. Ils peuvent attaquer à tout moment. Personne ne doit s'enfuir. Ceux qui s'enfuient sont des lâches, ce ne sont pas des patriotes", a t-il encore expliqué.

arme

© EUROPE1/WALID BERRISSOUL

Les symboles sur les t-shirts des "instructeurs" qu'a pu voir le journaliste d'Europe 1 laissent peu de place au doute : c'est une milice d’extrême-droite qui forme ces habitants sensés tenir tête aux forces pro-russes.

tshirt

© EUROPE1/WALID BERRISSOUL

"C'est toujours les nationalistes et les patriotes qui se soulèvent, les politiciens et les libéraux c'est la décadence : ils ne font que parler mais ne prennent jamais mes armes", a confié l'un d'eux.

L’armée régulière, elle, traverse la ville par colonnes entières, direction l'Ouest, manœuvre "régulière" selon les autorités.

930

© EUROPE1/WALID BERRISSOUL