Ukraine : le président propose un dialogue aux séparatistes

  • A
  • A
Ukraine : le président propose un dialogue aux séparatistes
Le président ukrainien Porochenko.@ REUTERS
Partagez sur :

TENSIONS - Le président russe, Vladimir Poutine, a de son côté appelé à un “dialogue substantiel” entre pro-ukrainiens et pro-russes.

L’INFO. Le président ukrainien Petro Porochenko a exposé dimanche son plan de paix pour l'Est séparatiste incluant un dialogue avec les rebelles prorusses n'ayant commis "ni meurtre ni torture", afin de restaurer l'intégrité du pays. Ce discours télévisé intervient après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu d'une semaine décrété par Kiev à ses troupes engagées depuis avril dans des combats contre les insurgés, qui ont fait au moins 375 morts et déplacé des dizaines de milliers de personnes.

Cessez-le-feu relatif. Vladimir Poutine, qui a approuvé le principe du cessez-le-feu, a appelé dimanche à un "dialogue substantiel" entre les deux camps. L'homme fort du Kremlin avait jugé samedi que les conditions mises en avant par le président pro-occidental pour faire cesser les violences menaçant l'unité de cette ancienne république soviétique étaient "irréalistes" sans dialogue avec les séparatistes.

Les hostilités se sont néanmoins poursuivies samedi avec le même acharnement, les troupes ukrainiennes faisant usage de tir d'artillerie pour repousser des attaques de rebelles, qui ont rejeté le cessez-le-feu provisoire visant à leur désarmement.

Poutine

© Reuters

 “Le plan de paix, notre plan A”. Dans son discours de 12 minutes, le président ukrainien Prochenko, investi le 7 juin avec le soutien des dirigeants occidentaux, a affirmé que "le scénario pacifique est notre scénario principal. C'est notre plan A".

"Mais ceux qui ont l'intention d'utiliser ces négociations de paix à seule fin de jouer la montre et de regrouper leurs forces doivent savoir que nous avons un plan B détaillé. Je ne vais pas en parler maintenant parce que je crois que notre plan pacifique va réussir", poursuit-il.

Efforts “insignifiants” pour les rebelles... Un chef des rebelles avait auparavant jugé que les efforts de Petro Porochenko étaient "insignifiants" tant qu'ils n'incluaient pas le retrait total des troupes ukrainiennes dans l'Est et une reconnaissance de leur indépendance.

"Des vues diamétralement opposées ne seront pas une barrière à la participation aux négociations. Je suis prêt à discuter avec ceux qui se sont fourvoyés, qui ont par erreur adopté des positions séparatistes. A l'exception, bien sûr, de ceux qui ont été impliqués dans des actes de terrorisme, de meurtre ou de torture", a déclaré le président.

Ukraine Porochenko

© Reuters

Mal accueillis à l’Est. A Siversk, une localité de 3.000 habitants à l'ouest de Slaviansk, l'un des bastions des séparatistes prorusses, l'évocation du cessez-le-feu provoque des jurons imagés de la part des rebelles. Ils poursuivent leurs combats contre les autorités pro-européennes de Kiev, qu'ils considèrent comme des "fascistes".

"Nous tiendrons. Mes deux grands-pères ont été tués pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ils luttaient contre le nazisme. Je continue leur combat", affirme Andreï, 31 ans, en train de préparer les munitions pour la mitrailleuse lourde.

Le détail du plan de paix. Le plan de paix inclut la création d'une zone tampon de 10 km à la frontière entre l'Ukraine et la Russie et un couloir pour les mercenaires russes leur permettant de rentrer en Russie une fois leurs armes déposées.

Le plan stipule également la fin de "l'occupation illégale" des bâtiments de l'administration régionale de Donetsk et Lougansk contrôlés par les rebelles, l'organisation rapide d'élections locales et un programme pour la création d'emplois dans la région. Il évoque aussi la décentralisation du pouvoir et la protection de la langue russe par le biais d'amendements à la Constitution.

Le couple franco-allemand réagit. François Hollande et Angela Merkel ont de leur côté demandé dimanche à Vladimir Poutine de "favoriser la reprise des négociations" en Ukraine et appelé toutes les parties à cesser les hostilités, selon un communiqué de l'Elysée diffusé après un nouvel entretien téléphonique à trois. Trois jours après une précédente conversation, le président français et la chancelière allemande "ont noté la déclaration faite par le président russe à la suite de l'annonce d'un cessez-le-feu par le président ukrainien" et ont demandé à Vladimir Poutine "de favoriser la reprise des négociations" entre Kiev et les séparatistes de l'Est de l'Ukraine.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

ZOOM - Ukraine : Hollande et Obama menacent de "nouvelles mesures"

ETRANGE - L'Ukraine proclame un cessez-le-feu... sans la Russie

TENSIONS - Une trêve très précaire dans l'est de l'Ukraine