Ukraine : gardons "notre calme" réclame Jacques Myard,

  • A
  • A
Ukraine : gardons "notre calme" réclame Jacques Myard,
Jacques Myard, député UMP des Yvelines@ maxppp
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 3 MARS - Le député UMP des Yvelines est membre du groupe d’amitié France-Russie.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard. Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Lundi 3 mars, vous avez été 60% à faire "Votre choix d’actu" sur les suites de la crise ukrainienne. Jacques Myard, député UMP des Yvelines et membre du groupe d’amitié France – Russie a affirmé dans Europe midi – Votre journal que l’Union européenne devait garder son calme face au président russe.



Ukraine : "pas de risque d’escalade si on garde...par Europe1fr

Jacques Myard reconnaît qu’il y a "certainement une violation du droit international" de la part de la Russie qui a envoyé des troupes en Crimée. Cependant, il appelle les Etats européens à ne pas en tirer de "conclusions hâtives".

Des "menaces ridicules". Le député français estime que les menaces sont "inefficaces", et que cette politique serait "ridicule". En ce qui concerne le boycott du sommet du G8 en Russie, il estime que c’est "une ânerie et une faute politique". En effet, selon lui, les pays européens sont "obligés de traiter avec la Russie", qui est "une grande puissance". Jacques Myard rajoute qu''il faut arrêter les provocations et regarder les réalités en face". Il rajoute : "c’est une crise interne entre des gens qui ne sont pas recommandables et d’autres qui le sont encore moins". "Il faut cesser de dire qu’on va faire la guerre pour Kiev, c’est une erreur monumentale", continue-t-il.

"Garder son calme". Jacques Myard affirme que l’Union européenne a commis "des maladresses en brandissant la légitimité démocratique". Le député affirme qu’il "n’y a pas de risques d’escalade si on garde notre calme". Il salue d’ailleurs la "très grande modération" de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères.

Un référendum pour sortir de la crise. Une sortie de crise est possible selon Jacques Myard, avec "une solution diplomatique et juridique". Il en appelle à un référendum en Crimée dans l’optique d’une "fédération avec un Etat fortement autonome : la Crimée". "Je ne pense pas que les européens bougeront même si la Crimée est indépendante", conclut-il.