Ukraine : des experts du Sida meurent dans le crash du MH17

  • A
  • A
Ukraine : des experts du Sida meurent dans le crash du MH17
Un certain nombre d'experts du Sida, attendus à Melbourne, figuraient parmi les 298 passagers et membres d'équipage de l'avion.@ REUTERS/Maxim Zmeyev
Partagez sur :

Plusieurs scientifiques, dont un éminent spécialiste et un membre de l'OMS, ont péri dans le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines.

Un expert du Sida de renommée internationale se trouvait, en compagnie d'autres spécialistes de la question, à bord du Boeing de la Malaysia Airlines qui s'est écrasé jeudi dans l'est de l'Ukraine, a-t-on appris vendredi auprès de l'un de ses confrères.

>> LIRE AUSSI - Crash en Ukraine : qui était sur le vol MH17 ?

Un chercheur militant. Joep Lange, qui a consacré plus de 30 ans de sa vie à la recherche contre le Sida et s'était fait connaître en plaidant pour un accès à un traitement bon marché dans les pays pauvres, se rendait à une conférence internationale qui doit s'ouvrir dimanche à Melbourne. "Joep s'était pleinement engagé en faveur des traitements et des soins contre le sida en Afrique et en Asie", a déclaré David Cooper, professeur à l'université de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, qui travaillait en collaboration étroite avec Joep Lange, lui-même professeur à l'université d'Amsterdam.

>> À LIRE AUSSI - Ce qu'on sait du crash du vol MH17

Un Porte-parole de l'OMS. La ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, avait auparavant fait savoir qu'un certain nombre d'experts attendus à Melbourne figuraient parmi les 298 passagers et membres d'équipage de l'avion.

>> LIRE AUSSI - Comment va se dérouler l'enquête

Glen Thomas, un porte-parole de l'OMS (Organisation mondiale de la Santé), qui devait participer à la Conférence sur le Sida à Melbourne, figure également parmi les victimes, a indiqué vendredi l'OMS. Glen Thomas était un ancien de la BBC et était passionné par les questions de "santé publique", a-t-il ajouté, aux côtés de ses collègues porte-parole de l'ONU, dont certains étaient en larmes.