Ukraine : accord trouvé pour une "désescalade"

  • A
  • A
Ukraine : accord trouvé pour une "désescalade"
La Russie a annoncé jeudi un accord avec les Etats Unis, l'Union Européenne et l'Ukraine sur les étapes pour une désescalade de la crise en Ukraine.@ Reuters
Partagez sur :

ACCORD ET PRUDENCE - Occidentaux et Russes ont appelé à la fin des violences. Un accord qui reste à traduire dans les faits, prévient Barack Obama.

Il faut arrêter les violences, premier pas indispensable sur le chemin du dialogue et de la reconstruction. C'est l'appel lancé par les participants aux pourparlers de Genève sur la crise ukrainienne, jeudi. "Toutes les parties doivent s'abstenir d'actions violentes, d'actes d'intimidation ou d'actions provocatrices", peut-on lire dans une déclaration commune des ministres des Affaires étrangères ukrainien, russe, américain et européen qui se sont rencontrés toute la journée dans la ville suisse. Tous ont réussi à se mettre d'accord un accord sur les étapes pour une désescalade de la crise en Ukraine.

Ce que prévoit l'accord. Lavrov a précisé dans une conférence de presse que cet accord prévoit le désarmement des groupes armés illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés. Le document qui a été adopté prévoit aussi une amnistie, a-t-il dit. Le ministre russe a en plus préconisé des réformes de décentralisation dans le pays, une plus grande autonomie pour les régions et ajouté que les participants aux pourparlers avaient convenu de poursuivre les discussions dans des cadres différents.

L'engagement de la Russie. Au passage, la Russie a assuré n'avoir aucun désir d'envoyer des troupes en Ukraine, a assuré jeudi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, devant la presse à Genève. "Nous n'avons aucune espèce de désir d'envoyer des troupes en Ukraine. Cela serait contre nos intérêts fondamentaux", a dit le chef de la diplomatie russe.

Barack Obama reste prudent. Le président américain a cependant dit, quelques heures après la conclusion de l'accord, n'avoir aucune certitude sur le fait qu'il serait appliqué. "Je ne pense pas qu'on puisse être sûr de quoi que ce soit à ce stade. La possibilité existe que la diplomatie puisse conduire à une désescalade de la situation", a-t-il déclaré depuis la Maison-Blanche. Mais, a-t-il souligné, "il faudra encore plusieurs jours pour voir si les déclarations se concrétisent". Dans le même temps, Washington a annoncé que du matériel non létal allait être livré à l'armée ukrainienne, comme des médicaments, des matelas et des casques.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

L'ESSENTIEL - Cinq images pour résumer la situation

REBELLES - La population bloque une colonne de chars

SUR LE TERRAIN - Récit d'une journée sous tension

UKRAINIENS OU RUSSES ? - Qui sont les miliciens qui tentent de prendre l'Est ?

REGAIN - Le Conseil de sécurité de l'ONU convoqué en urgence

VOUS NE PASSEREZ PAS - Kiev lâche la Crimée mais s'accroche à l'Est