UE : Barroso tacle l’Écosse, qui lui répond

  • A
  • A
UE : Barroso tacle l’Écosse, qui lui répond
@ REUTERS
Partagez sur :

PASSE D'ARMES - Pour le président de la Commission européenne, une Ecosse indépendante aurait du mal à entrer dans l'UE.

LES DÉCLARATIONS. A sept mois d'un référendum crucial pour son indépendance, les coups pleuvent sur l’Écosse. Dimanche, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a jugé "extrêmement difficile, voire impossible" pour une Écosse séparée du Royaume-Uni d'adhérer à l'UE. Alex Salmond, le chef du gouvernement écossais, lui a répondu lundi.

"Difficile d'obtenir l'assentiment" des États membres.Sur la BBC, José Manuel Barroso a fait part de son scepticisme, assurant : "Il sera très difficile d'obtenir l'assentiment de tous les États membres pour intégrer un nouvel entrant issu d'un pays" déjà dans l'UE". 

Une affirmation "grotesque". Lundi, Alex Salmond, le chef du gouvernement autonome, a déclaré à Aberdeen qu'"aucun Etat membre n'a[vait] laissé entendre qu'il tenterait de bloquer une adhésion écossaise à l'UE". Nicola Sturgeon, numéro deux du gouvernement écossais, avait elle aussi jugé les affirmations de José Manuel Barroso "grotesque", expliquant que "l'adhésion d'une Écosse indépendante à l'UE relève de la volonté démocratique du peuple écossais et de l'avis des autres États membres de l'Union, pas de la Commission européenne".

Quid de la livre sterling ? Pour les indépendantistes écossais, qui voteront le 18 septembre prochain lors d'un référendum historique, c'est un nouveau coup dur, après celui asséné trois jours auparavant par le ministre britannique des Finances, George Osborne. Le ministre avait en effet jugé impossible pour une Écosse indépendante de conserver la livre sterling. De quoi rendre furieux Alex Salmond, qui tient à l'appartenance à une zone sterling, et qui a dénoncé une manœuvre d'"intimidation".

29% des Écossais contre l'indépendance. Reste que la question pourrait bien ne pas avoir à être posée, puisque les enquêtes d'opinion montrent que seulement 29% des Ecossais voteraient aujourd'hui pour l'indépendance, contre 42% qui préféreraient le maintien dans le Royaume-Uni. Ils sont en outre 29% à ne pas savoir pour quelle solution se prononcer. Ils ont jusqu'au 18 septembre prochain pour se décider.

sur le même sujet, sujet,

LE DISCOURS - L’Écosse indépendante ? Cameron dit non

CALENDRIER - Le référendum fixé à septembre

DÉCLARATION - David Cameron presse l’Écosse