Typhon aux Philippines : 10.000 morts à Tacloban

  • A
  • A
Typhon aux Philippines : 10.000 morts à Tacloban
Aux Philippines, un haut responsable de la police à Tacloban (sur la photo), une des villes les plus touchées, a évoqué le chiffre de 10.000 morts sur Leyte.@ REUTERS
Partagez sur :

ESSENTIEL - Le typhon Haiyan, qui a durement frappé les Philippines s'est affaibli en touchant le Vietnam.

ESSENTIEL

- D'après les Nations unies, quelque 10.000 morts ont été recensés dans la seule ville de Tacloban. L'ONU dit "s'attendre au pire" pour le bilan définitif.
- Les secours s'organisent depuis l'Europe et les États-Unis.
- Le typhon, qui a nettement perdu en intensité après avoir frappé les Philippines, a atteint le Vietnam lundi matin.

LES DERNIÈRES INFOS

Le typhon le plus violent depuis des décennies. Deux îles du centre de l'archipel, qui se trouvaient pile dans la trajectoire de Haiyan quand il a frappé vendredi à l'aube, sont particulièrement affectées : les autorités craignent 10.000 morts sur Leyte et ont confirmé 300 décès sur Samar, un bilan qui pourrait s'alourdir puisque 2.000 habitants sont portés disparus. Pour la seule ville de Tacloban, la capitale de Layte, 10.000 morts ont été recensés, selon l'ONU, qui dit "s'attendre au pire". Avant le passage du typhon, Tacloban comptait 220.000 habitants. En outre, Haiyan a fait au moins 660.000 déplacés.

Le Vietnam touché. Après avoir semé la désolation aux Philippines, Haiyan a commencé à toucher le Vietnam lundi matin. Mais le typhon s'est affaibli au-dessus de la mer de Chine du Sud. Plus de 600.000 personnes ont néanmoins été évacuées. Le site du quai d'Orsay recommande aux Français sur place de se mettre à l'abri et aux touristes qui prévoyaient de se rendre au Vietnam de reporter leur voyage.

Des scènes de pillage. Les opérations de sauvetage sont rendues d'autant plus difficiles que les routes, les aéroports et les ponts ont été détruits par la tempête ou sont recouverts de débris. Affamés, privés d'eau et d'électricité, des habitants se sont livrés à des pillages. Un convoi de la Croix-Rouge a notamment été attaqué.

après le typhon aux philippines REUTERS

Des vagues géantes. Les quelques vidéos postées sur internet depuis les Philippines montrent des vagues géantes qui s'abattent sur les côtes du pays. Les sinistrés tentent de s'organiser et de secourir les victimes.

600.000 personnes évacuées. Le gouvernement a dépêché 15.000 soldats vers les zones les plus dévastées. Il a envoyé des avions C130 chargés de matériel de secours et de communication, des hélicoptères et des unités d'infanterie, a indiqué un porte-parole de l'armée. Quelque 600.000 habitants des zones les plus vulnérables ont été déplacés vers des abris situés en hauteur. 200.000 ont finalement été autorisés à rentrer chez eux en raison du changement de la trajectoire de Haiyan. L'inquiétude était vive notamment concernant le sort des 40.000 habitants de Guiuan, sur Samar, point d'entrée du typhon dans ce pays vendredi. Aucun contact n'a pu être établi.

09.11-philippines-typhon

Des paysages désolés comme après le tsunami de  2004. Maisons rasées, pylônes électriques arrachés, voitures renversées et survivants hébétés dans les rues : après le passage de Haiyan, accompagné de vagues de plusieurs mètres et de vents atteignant des pointes à 315 km/h, le paysage évoquait pour certains les destructions causées par le tsunami en Asie en décembre 2004. "Ce sont des destructions massives (...) La dernière fois que j'ai vu quelque chose de cette ampleur, c'était à la suite du tsunami dans l'océan Indien" qui avait fait 220.000 morts, a déclaré à Tacloban Sebastian Rhodes Stampa, chef de l'équipe de l'ONU chargée de la gestion des désastres.

Des pays proposent leur aide. Face à l'ampleur de la catastrophe, plusieurs pays ont proposé leur aide. Les États-Unis ont envoyé lundi 180 militaires en renfort pour évaluer les besoins. L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont accordé dimanche une aide de près d'un demi-million de dollars US (370.000 euros), alloués à la Croix Rouge de l'archipel.

La Grande-Bretagne a offert une enveloppe de 9,6 millions de dollars. L'ambassade d'Allemagne à Manille a annoncé le départ de 23 tonnes d'équipement de secours. Des équipes allemandes de secouristes sont déjà à l'oeuvre. Le Canada va verser 5 millions de dollars US aux ONG participant aux secours.

De son côté, le PAM (Programme alimentaire mondial), est en train d'organiser le transfert de 40 tonnes d'aide alimentaire. L'UNICEF, l'agence onusienne pour l'enfance, a déjà préparé 60 tonnes de matériels de santé et de survie. La Commission européenne "a déjà envoyé une équipe pour assister les autorités, et nous sommes prêts à contribuer (aux secours) par une aide d'urgence si cela est requis", a fait savoir son président, José Manuel Barroso.

Des survivants au passage du typhon Haiyan qui a ravagé les Philippines.

© REUTERS

Des appels aux dons. Plusieurs ONG ont lancé des appels aux dons et se préparent à intervenir. L'organisation Action contre la faim se prépare à intervenir en urgence dans ce pays et lance un appel aux dons sur son site. De son côté, le Secours populaire indique qu'il "met tout en oeuvre pour activer tous ses réseaux". Il invite ceux qui souhaitent soutenir ses initiatives à adresser un don financier en précisant "urgence Typhon Haiyan" via le site www.secourspopulaire.fr.

La Croix-Rouge lance un appel à don qui peut être effectué sur le site www.croix-rouge.fr . Médecins du Monde annonce pour sa part qu'elle "envoie une équipe médicale et logistique depuis Paris pour venir en aide aux victimes". L'ONG précise qu'elle est "l'une des rares ONG internationales de santé déjà présentes aux Philippines". L'équipe envoyée, notamment composée d'un médecin philippin, "bénéficiera sur place du support de l'équipe de Manille". Enfin, la Fondation de France a lancé dimanche un appel à la générosité pour apporter une aide alimentaire et du matériel médical.

sur le même sujet

 VIDEO - Les Philippines face à la menace Haiyan

HUMANITAIRE - Un appel aux dons

EN IMAGES - Les Philippines le jour d'après

ZOOM - Cyclone, ouragan ou typhon : quelle différence ?