Turquie : le rétablissement de la peine capitale va être soumis au Parlement

  • A
  • A
Turquie : le rétablissement de la peine capitale va être soumis au Parlement
@ STR / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS OFFICE / AFP
Partagez sur :

La peine de mort a été abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d'Ankara à l'entrée dans l'UE et son rétablissement pourrait sonner le glas des négociations sur une adhésion de la Turquie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré samedi que le rétablissement de la peine de mort serait soumis au Parlement, sans toutefois donner de calendrier, ajoutant que les critiques formulées à ce sujet par l'Occident "ne comptent pas". "Bientôt, bientôt, ne vous en faites pas. C'est pour bientôt, si Dieu le veut", a-t-il déclaré lors d'un discours à Ankara, en réponse à la foule qui scandait "nous voulons la peine de mort" pour les auteurs du coup d'Etat manqué de juillet.

"Je suis convaincu que le Parlement l'approuvera". "Notre gouvernement soumettra cela au Parlement. Et je suis convaincu que le Parlement l'approuvera et, quand cela arrivera devant moi, je le ratifierai", a poursuivi le chef de l'Etat turc. Un éventuel débat parlementaire sur la peine de mort s'annonce tumultueux, à un moment où le gouvernement espère rallier des élus de l'opposition pour réformer la Constitution afin d'instaurer un régime présidentiel. Dès le surlendemain du putsch avorté du 15 juillet, le président Erdogan, promettant d'éliminer "le virus" factieux au sein de l'Etat, avait évoqué un possible rétablissement de la peine capitale, provoquant l'indignation de l'Union européenne (UE), avec laquelle Ankara entretient des relations orageuses.

La peine de mort a été abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d'Ankara à l'entrée dans l'UE et son rétablissement pourrait sonner le glas des négociations sur une adhésion de la Turquie, tout en aggravant les inquiétudes relatives à l'Etat de droit. "L'Occident dit ceci, l'Occident dit cela. Excusez-moi, mais ce qui compte, ce n'est pas ce que dit l'Occident, c'est ce que dit mon peuple", a rétorqué Erdogan, qui s'exprimait lors de la cérémonie d'inauguration d'une gare de train à grande vitesse dans la capitale turque.