Turquie : la bataille des symboles

  • A
  • A
Turquie : la bataille des symboles
@ REUTERS
Partagez sur :

EN IMAGES - Drapeaux turcs et portraits d'Atatürk se retrouvent dans les deux camps.

En balayant rapidement les images en provenance de Turquie, difficile sans légende de distinguer le camp des anti-gouvernementaux de celui des partisans du Premier ministre Erdogan… Et pour cause : de part et d'autre, ce sont les mêmes symboles qui sont mis en avant.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, par exemple, les drapeaux turcs et les portraits d'Atatürk qui fonda en 1923 la République turque laïque sur les ruines de l'Empire ottoman, étaient aussi bien dans la foule des partisans d'Erdogan venus l'accueillir à l'aéroport que sur la place Taksim. Haut lieu de rassemblement des protestants depuis deux semaines, la place est aussi l'épicentre depuis des décennies de nombreuses manifestations politiques notamment à l'occasion du 1er-Mai.



Les partisans d'Erdogan à l'aéroport dans la nuit de jeudi à vendredi :

turquiepartisanserdo

© REUTERS

Le même soir place Taksim :

drapaeuxtaksim

© REUTERS

Joint par Europe1.fr, Philippe Moreau-Defarges, chercheur à l’IFRI, ne s'étonne pas de voir ces symboles revendiqués par les deux camps. Côté pro-gouvernemental, "le drapeau marque la continuité". Quant à Atatürk, "il est considéré comme le père de la Turquie moderne et même Erdogan n'ose pas se démarquer de lui". Pour ce qui est des protestataires, "ils sont soucieux de ne pas apparaître comme des casseurs de la république".

Erdogan donnant, début juin, une conférence de presse devant un portrait d'Atatürk :

erdoganataturk

© Reuters

Un protestant place Taksim devant un drapeau turc à l'effigie du "père de la Turquie moderne" :

ataturkprotestants

© REUTERS

Aux alentours de la place Taksim, les échoppes ambulantes vendant des drapeaux rouge et blanc ont fleuri :





Au-delà de cette concurrence sur l'appropriation des symboles républicains turcs, les grandes images fortes émanent exclusivement du camp protestataire

Le cliché de cette "femme en rouge" gazée par des policiers a ainsi fait le tour du monde :

05.06 turquie femme en rouge 930x620

© Reuters

Et les révoltés de la place Taksim, relayés par les internautes du monde entier, en ont fait un de leur icône :





Autre symbole, le masque à gaz porté par les protestataires lors des rassemblements :