Turquie : environ 32.000 personnes arrêtées dans l'enquête sur le putsch avorté

  • A
  • A
Turquie : environ 32.000 personnes arrêtées dans l'enquête sur le putsch avorté
La purge se poursuit en Turquie. Environ 32.000 personnes ont été arrêtées à la suite de la tentative de putsch avorté le 15 juillet dernier. @ OZAN KOSE / AFP
Partagez sur :

La purge se poursuit en Turquie. Environ 32.000 personnes ont été arrêtées à la suite de la tentative de putsch avorté le 15 juillet dernier. 

Environ 32.000 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur la tentative de coup d'Etat survenue le 15 juillet en Turquie, imputée par Ankara à l'ex-prédicateur Fethullah Gülen, a indiqué mercredi le ministre de la Justice. "Depuis le 15 juillet, des enquêtes sur quelque 70.000 personnes ont été ouvertes et environ 32.000 personnes ont été arrêtées", a déclaré le ministre turc Bekir Bozdag sur la chaîne de télévision NTV. 

La purge pourrait continuer. "D'autres arrestations pourraient avoir lieu", a prévenu le ministre, "tout comme certaines personnes arrêtées pourraient être libérées sous contrôle judiciaire et d'autres être totalement libres" sans qu'aucune charge ne pèse contre elles, a-t-il ajouté. Interrogé sur la tenue de procès pour les personnes arrêtées, Bekir Bozdag a reconnu "ne pas savoir vraiment comment ces procès allaient s'organiser". 

L'ex-prédicateur Fethullah Gülen est accusé par les autorités turques d'être le responsable de la tentative de coup d'Etat du 15 juillet, au cours de laquelle plus de 270 personnes ont été tuées et des milliers d'autres blessées. Exilé aux Etats-Unis depuis 1999, Fethullah Gülen dément toute implication.

Fethullah Gülen est le premier visé. Au lendemain du putsch avorté, le gouvernement a lancé une vaste purge pour se débarrasser de l'influence des membres de la confrérie de Fethullah Gülen. Tous les milieux, dont les universités, écoles, armée, police, magistrature ou sport, ont été touchés par ces procédures. Mardi, pour la première fois, les services de renseignement turc (MIT) ont été ciblés, avec le limogeage de 87 de ses membres et l'ouverture d'une enquête pour 52 d'entre eux.