Tunisie : un ado tué par balles à Sidi Bouzid

  • A
  • A
Tunisie : un ado tué par balles à Sidi Bouzid
Un garçon de 14 ans a été tué par balle dans la nuit de dimanche à lundi à Sidi Bouzid. (photo d'illustration)@ MaxPPP
Partagez sur :

Il a été touché par un tir lors de la dispersion d’une manifestation.

La violence est montée d'un cran en Tunisie. Un garçon de 14 ans a été tué par balle dans la nuit de dimanche à lundi à Sidi Bouzid lors de la dispersion d'une manifestation par la police, a rapporté lundi l'agence officielle TAP. Il s'agit du premier mort d'une série d'incidents qui ont éclaté ces derniers jours en Tunisie.

L'adolescent a été tué par le "ricochet d'une balle", et deux personnes ont été gravement blessées, selon la TAP. Les forces de l'ordre ont ouvert le feu après avoir été la cible de coktails molotov lancés par les manifestants. Les violences ont duré jusqu'au milieu de la nuit, et neuf personnes ont été arrêtées.

"Les gens sont en colère"

Le jeune homme, Thabet Belkacem, était mort a son arrivée à l'hôpital et son corps a été transféré au service médico-légal de Sfax. Un des deux blessés est dans un état grave et a été transféré à Sfax. L'adolescent a été atteint d'une balle à l'abdomen, selon un témoin.

"Les gens de Sidi Bouzid sont en colère", a indiqué un syndicaliste. "Six mois après la révolution, ils n'ont toujours rien vu et manifestent contre le gouvernement de Béji Caïd Essebsi", a-t-il ajouté. Selon lui, la situation était calme lundi midi à Sidi Bouzid.

Les manifestations violentes se multiplient

Depuis quelques jours, les manifestations violentes se multiplient dans plusieurs villes de Tunisie. Au cours du week-end, des postes de police ont été attaqués à Tunis, Menzel Bourguiba, Sfax et Kairouan, selon le ministère de l'Intérieur, qui a accusé "certaines forces extrémistes" de vouloir "déstabiliser" le pays.

Le Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi a estimé lundi lors d’un discours à la Nation que ces manifestations avaient pour objectif d'"empêcher les élections" prévues le 23 octobre prochain.

Sidi Bouzid se situe dans le centre de la Tunisie, région défavorisée où a commencé à la mi-décembre 2010 le soulèvement populaire qui a abouti à la chute du président Zine El Abidine Ben Ali le 14 janvier. L'immolation d'un jeune vendeur de légumes de Sidi Bouzid, Mohammed Bouazizi, avait déclenché les émeutes qui ont ensuite essaimé dans tout le pays.