Tunisie : les djihadistes défient le pouvoir

  • A
  • A
Tunisie : les djihadistes défient le pouvoir
@ REUTERS
Partagez sur :

Un bras de fer est engagé entre le mouvement pro-charia Ansar al-charia et le gouvernement.

L'UTLTIMATUM. Le groupe de salafistes djihadistes, Ansar al-charia [les partisans de la loi islamique], menace le gouvernement tunisien de représailles, alors que ce dernier vient d'interdire le rassemblement des salafistes prévu dimanche à Kairouan, dans le centre de la Tunisie.

Le grain de sel d’Ennahda. Le chef du parti islamiste au pouvoir Ennahda, Rached Ghannouchi, s’est mêlé au différend et a affirmé cette semaine que le gouvernement avait interdit le rassemblement des salafistes, attisant ainsi les tensions.

Des menaces de mort. Face à ce refus, le groupe Ansar al-charia a appelé "40.000 partisans" à défier les autorités et à se réunir pour leur congrès annuel à Kairouan. Un porte-parole d'Ansar al-charia Seifeddine Raïs a également mis en garde le pouvoir contre "toute intervention de la police pour empêcher" le rassemblement. Le gouvernement sera "responsable de toute goutte de sang qui sera versée", a-t-il prévenu. Le mouvement n'a "pas besoin d'autorisation pour prêcher la parole de Dieu", selon lui.

La réponse du gouvernement. Le gouvernement tunisien n’a évidemment pas toléré les menaces proférées par le groupe de salafistes djihadistes. "Nous avons des forces spéciales pour protéger la Tunisie (...) On n'accepte pas les menaces de mort et l'incitation à la haine, on n'acceptera pas de se faire traiter de tyrans", a rétorqué vendredi le ministre de l'Intérieur. Il a appelé Ansar Ashariaa "à la sagesse, à s'intégrer à la vie politique, à accepter l'autre et à renoncer à la violence verbale et physique".

Les raisons du refus. Le gouvernement avait fait savoir qu'il déciderait d'ici samedi de permettre ou non la tenue dimanche du congrès. Il a donc décidé vendredi soir, que le rassemblement n'aurait pas lieu. "Nous avons décidé d'interdire ce rassemblement en raison d'une violation de la loi et de la menace qu'il représente pour la sécurité et l'ordre public", a indiqué le ministère dans un communiqué. Le ministre de l'Intérieur Lotfi Ben Jeddou avait indiqué qu'aucune demande d'autorisation n'avait été présentée par Ansar Asshariaa, le principal groupe salafiste jihadiste du pays, ce dernier ne reconnaissant pas l'autorité de l'Etat. "Tous ceux qui défieront l'autorité de l'Etat et de ses institutions, ceux qui tenteront se semer le chaos, ceux qui inciteront à la violence et à la haine en porteront toute la responsabilité", a averti le ministère.

Une bataille de longue date. Les salafistes sont responsables de nombreux coups d'éclat et de violences, selon les autorités, alors qu'Ennahda est accusé par l'opposition d'avoir fait preuve de laxisme face à cette mouvance rigoriste de l'islam sunnite. Le bras de fer entre le gouvernement et les groupuscules salafistes jusqu'alors tolérés s'est accentué après que les autorités ont constaté la présence de combattants d'Al-Qaïda en Tunisie. Les forces de sécurité et l'armée pourchassent depuis fin avril des groupes armés retranchés sur les massifs ouest du pays, près de l'Algérie. Le porte-parole d'Ansar al-charia a nié toute implication de son groupe et d'Al-Qaïda dans le maquis de Chaambi.