Tuerie de Newtown: la promesse d'Obama

  • A
  • A
Tuerie de Newtown: la promesse d'Obama
@ REUTERS
Partagez sur :

Sans annoncer de mesures concrètes, le président a voulu aller au-delà de l'émotion.

L’image. Deux jours après le drame, Barack Obama s'est rendu à Newtown, petite ville du Connecticut, pour y participer à une cérémonie oecuménique empreinte d'émotion et de gravité. C’est là que 26 personnes, dont 20 enfants de six et sept ans, ont été abattues par un homme lourdement armé dans une école primaire. Le président américain a égrené le nom de chacun d’entre eux. "Nous avons une responsabilité à l'égard de chaque enfant", a déclaré Barack Obama dans l'amphithéâtre du lycée de Newtown, comble mais plongé dans un silence seulement entrecoupés de sanglots.

>> A LIRE AUSSI - Armes : Newton, la tuerie de trop ?

La promesse. Barack Obama a appelé les Américains à se demander si "nous en faisons assez pour protéger nos enfants". "J'ai réfléchi à cela ces derniers jours, et si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes la réponse est non", a ajouté le président, qui était apparu en larmes vendredi, lors d’une conférence de presse, quelques heures seulement après la tuerie. "Nous ne pouvons plus le tolérer. Ces tragédies doivent prendre fin. Et pour y mettre fin, nous devons changer (…) Nous pouvons faire mieux que cela. S'il n'y a qu'une mesure que nous pouvons prendre pour sauver un enfant, un parent (...) alors nous avons l'obligation d'essayer", a-t-il répété.

>> L'IMAGE - Obama, ému aux larmes

Les limites. "Aucune loi à elle seule, ni aucun ensemble de lois ne pourra supprimer le Mal sur Terre ni empêcher chaque acte insensé de violence dans notre société", a reconnu Barack Obama. "Mais cela ne doit pas nous servir d'excuse pour ne rien faire", a-t-il prévenu, dans un pays où le lobby des armes reste super-puissant et l’attachement au deuxième amendement, qui fixe la liberté de posséder une arme, très fort.

Et concrètement ? Barack Obama a promis de consulter tous les spécialistes possibles et imaginables sur le sujet avant de trancher. Mais d’autres élus, en particulier des démocrates, vont agir plus rapidement. Plusieurs parlementaires démocrates se sont engagés dimanche à prendre rapidement l'initiative au Congrès en vue de faire modifier la législation américaine sur les armes, en interdisant notamment la vente libre des fusils d'assaut, l’arme utilisée par le tireur.