Tsunami : 10 ans après, l'Asie se souvient

  • A
  • A
Tsunami : 10 ans après, l'Asie se souvient
@ afp
Partagez sur :

EN IMAGES - Une décennie après la vague qui a tué 220.000 personnes en Asie, personne n’a oublié mais la vie continue.

En 2004, au lendemain de Noël, un tsunami causé par un tremblement de terre dans les profondeurs de l'Océan indien balayait les côtes de l'Indonésie, du Sri Lanka, du sud de l'Inde et de l'ouest de la Thaïlande. 220.000 personnes sont mortes à travers l'Asie au cours de ce qui reste l'une des pires catastrophes naturelles jamais enregistrées.

>> LIRE AUSSI : "C'est beau de rappeler leur souvenir"

10 ans après, sur place, la vie continue mais personne n’a oublié le raz-de-marée meurtrier.

Retour sur les lieux en images :

tsunami

© AFP

Un homme sur une plage à Meulaboh, le “ground zero” du tsunami de 2004. Cette scène paisible contraste avec le chaos qui régnait sur ce rivage il y a dix ans.

 
tsunami

© AFP

La vague a arraché son nouveau-né de ses bras. Dix ans après, Mi Htay, une immigrée birmane en Thaïlande, reste hantée par le souvenir de ses trois enfants emportés par le tsunami. "Ils sont peut-être vivants puisqu’on n'a pas retrouvé leurs corps. Ils sont peut-être avec d'autres gens. Peut-être qu'ils apparaîtront un jour... Alors je ne peux pas quitter cet endroit", dit Mi Htay.

 
tsunami

© AFP

Dans le cimetière de Bang Muang, dans la province de Phang Nga, la région de Thaïlande la plus durement frappée par le tsunami, des centaines de corps ont été enterrés sans avoir été identifiés.

 
tsunami

© AFP

A Aceh, sur la pointe de l’île de Sumatra, en Indonésie, durement touchée en 2004, les habitants ont désormais peur de construire des maisons sur le rivage. Il y dix ans, des vagues hautes jusqu’à 35 mètre de haut avaient tout emporté.

 
tsunami

© AFP

Dans un village indonésien de l’île de Sumatra, cet escalier, ruines d’une maison emportée par le tsunami, fait office de mémorial.

.
tsunami

© AFP

A Khura Buri, dans le sud de la Thaïlande, Saponkit Klatalay, “un gitan de la mer”, reconnaît qu’il ne navigue plus des nuits et des jours entiers comme l’ont fait des générations de ses aïeux avant lui. Depuis 2004, il préfère retourner dormir à terre.

 
tsunami

© AFP

A Aceh, sur la pointe de l’île de Sumatra, en Indonésie, des enfants s’amusent dans le port de Meulaboh. Lorsque le tsunami a balayé Aceh, il y a dix ans, des dizaines de milliers de personnes sont mortes… mais la vague a aussi amené la paix dans cette province pauvre et minée par les conflits.

tsunami

© AFP

La mosquée Rahmatullah, à Lampuuk, était entourée de maisons avant 2004. Elles ont toutes été balayées par le tsunami. Dix ans après, de nouvelles bâtisses sont sorties de terre.   

tsunami

© AFP

Il y a dix ans, les experts ne disposaient d'aucun système d'alerte au tsunami dans l'océan Indien, où ce phénomène ne s'était jamais produit de mémoire récente. Désormais, "si le même tsunami qu'en 2004 se produisait aujourd'hui dans l'océan Indien, nous pensons qu'il pourrait encore faire des dizaines de milliers de morts mais pas 240.000", estime un expert du centre de recherche sur les tsunamis à Seattle, aux États-Unis.

tsunami

© AFP

Après le tsunami, on a pu voir des scènes surréalistes comme ce bateau devant un centre commercial de Banda Aceh. 10 ans après, tout est revenu à la normale.

tsunami

© AFP

Fardhiah et Rusli Abdul Rahman sont des survivants du tsunami de 2004. Ils étaient voisins depuis des années à Aceh, en Indonésie, lorsque le tsunami a tué leurs conjoints et leurs enfants respectifs. Ils sont aujourd'hui mariés.