Trump va verser 25 millions de dollars pour mettre fin à un litige sur son université

  • A
  • A
Trump va verser 25 millions de dollars pour mettre fin à un litige sur son université
Selon le procureur de New York, ce sont plus de 6.000 anciens étudiants de cette formation qui vont être indemnisés. @ Thos Robinson / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Donald Trump a accepté un accord amiable d'un montant de 25 millions de dollars avec un groupe d'anciens étudiants inscrits dans une université créée par l'homme d'affaires et aujourd'hui fermée, qui estiment avoirété victimes d'une escroquerie.

Donald Trump va verser 25 millions de dollars à d'anciens étudiants de sa défunte "Université Trump" pour mettre fin aux poursuites dont il faisait l'objet, un revirement pour le président élu qui avait longtemps écarté l'idée d'un accord amiable.

6.000 étudiants indemnisés. Selon le procureur de New York, Eric Schneiderman, qui a annoncé vendredi l'accord dans un communiqué, ce sont plus de 6.000 anciens étudiants de cette formation qui vont être indemnisés. Un porte-parole du procureur a confirmé que l'accord mettait un terme aux trois procédures judiciaires relatives à la "Trump University". Donald Trump va également s'acquitter d'une amende d'un million de dollars auprès de l'État de New York pour violation de la législation sur l'éducation, a indiqué le procureur Schneiderman. 

Procès évité. La transaction évite à l'homme d'affaires des procès, dont le premier devait théoriquement s'ouvrir le 28 novembre. Durant des mois, le promoteur new-yorkais s'était dit prêt à aller jusqu'au tribunal pour faire établir son innocence. "L'université Trump a un taux de satisfaction de 98%. J'aurais pu trouver un accord amiable mais je ne le ferai pas, par principe", avait notamment tweeté, fin février, celui qui était alors candidat à l'investiture républicaine. La semaine dernière, l'avocat de Donald Trump avait néanmoins indiqué à l'audience qu'il était ouvert à la possibilité d'un accord amiable.

Accusé d'avoir "escroqué des New-yorkais qui travaillent dur". Deux actions en nom collectif avaient été initiées par d'anciens étudiants de la "Trump University", qui affirmaient avoir été trompés par un marketing mensonger. Bien qu'ayant payé jusqu'à 35.000 dollars de frais de scolarité, ils assuraient ne pas avoir bénéficié des services promis dans les documents de promotion de ce programme, qui ne délivrait pas de diplôme reconnu et a fonctionné entre 2005 et 2011. Dans une autre procédure judiciaire, initiée par le procureur de l'État de New York, en 2013, Eric Schneiderman avait accusé la Trump University d'avoir "escroqué des New-yorkais qui travaillent dur".

Pendant la campagne présidentielle, Donald Trump s'en est pris à plusieurs reprises au juge chargé du dossier dans le cadre de l'action en nom collectif, Gonzalo Curiel, accusant le magistrat né dans l'Indiana (nord) de ne pouvoir être impartial en raison de ses origines mexicaines. Le candidat républicain, désormais président élu, a promis l'érection d'un mur à la frontière américano-mexicaine et multiplié les propos dénigrant les Mexicains durant sa campagne.