Trump présente un de ses partisans noir comme son "Afro-américain"

  • A
  • A
Trump présente un de ses partisans noir comme son "Afro-américain"
@ AFP
Partagez sur :

La porte-parole de campagne de Donald Trump, Hope Hicks, affirme qu'il "n'y avait évidemment pas de malveillance".

Le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump, régulièrement accusé de racisme et xénophobie, s'est attiré vendredi de nouvelles critiques après avoir présenté un de ses partisans noir comme "[son] Afro-américain".

Une déclaration qui a choqué... "Regardez mon Afro-américain par ici, regardez-le", a lancé le candidat au cours d'un meeting en Californie. "Etes-vous le plus grand ?", lui a-t-il demandé face au public qui n'a pas réagi. La porte-parole de campagne de Donald Trump, Hope Hicks, a expliqué que le candidat "s'adressait simplement à un supporteur dans la foule". "Il n'y avait évidemment pas de malveillance", a-t-elle affirmé. Donald Trump était "reconnaissant pour le soutien que lui apportait cette personne", a-t-elle déclaré sur la chaîne d'information en continu CNN.

... et agité la toile. Sur Twitter le hashtag "#AfricanAmerican" (Afro-américain en anglais) faisait partie des "trending topics" (sujet les plus discutés à un moment donné, ndlr) vendredi soir. "+Il était Mexicain+ hier, +Regardez mon afroaméricain+ aujourd'hui. Si vous pensez que Trump n'est pas raciste vous vivez dans une réalité dépourvu de logique", a tweeté @el_turko13. Donald Trump a à nouveau accusé jeudi un juge de partialité à son égard dans la plainte pour fraude qui vise son ex-"université", parce qu'il est d'origine mexicaine.

Condamnation de la classe politique. Cette déclaration faite lors d'une interview au Wall Street Journal a été condamnée par les démocrates et un haut allié républicain. Selon Donald Trump, le juge lui est défavorable en raison de sa proposition de construire un mur à la frontière avec le Mexique dans le but de stopper l'immigration clandestine. "Je construis un mur. C'est un conflit d'intérêts inhérent", a-t-il dit. En Californie, où le nombre d'habitants d'origine hispanique dépasse celui des Blancs, les déclarations anti-Mexicains du candidat ont suscité d'importantes manifestations, parfois émaillées de violences.