Trump : Juppé pointe "les risques que la démagogie et l'extrémisme font courir à la démocratie"

  • A
  • A
Trump : Juppé pointe "les risques que la démagogie et l'extrémisme font courir à la démocratie"
Alain Juppé a dit mercredi "prendre acte" de "la décision souveraine" des Américains. @ GAIZKA IROZ / AFP
Partagez sur :

Alain Juppé a cependant salué "la décision souveraine" des Américains qui ont élu mardi le candidat républicain Donald Trump. 

48 HEURES 100% USA

Alain Juppé, favori des sondages pour la primaire de la droite et du centre, a "pris acte", mercredi, de la "décision souveraine" du peuple américain, après l'élection de Donald Trump, et mis en garde les Français contre "les risques que la démagogie et l'extrémisme font courir à la démocratie".

Des choix à faire "vitaux". "Le peuple américain s'est prononcé démocratiquement et je prends acte de sa décision souveraine", affirme Alain Juppé dans un communiqué. "Aux Français, je veux souligner tous les risques que la démagogie et l'extrémisme font courir à la démocratie et le caractère vital des choix qu'ils ont à faire", déclare-t-il également, à moins de deux semaines du premier tour de la primaire pour la présidentielle de 2017. Début octobre, Alain Juppé avait jugé "très préoccupants" le "simplisme outrancier" et les "revirements incessants" du candidat républicain dans un entretien à l'hebdomadaire Paris Match.

La France doit "défendre ses intérêts". "Le monde a besoin d'une démocratie américaine apaisée et qui contribue à l'équilibre du monde, aujourd'hui gravement menacé. Il appartient désormais à M. Trump de définir les grandes lignes de sa politique internationale et les axes de son dialogue avec la France et l'Europe", écrit-il mercredi.  "C'est à la France et à l'Europe de se mettre en situation de défendre leurs intérêts dans leur dialogue avec l'administration américaine", a ajouté cet ancien ministre des Affaires Etrangères de Nicolas Sarkozy. "Plus que jamais, les Français ont besoin d'une France forte et d'un président de la République qui puisse être entendu et respecté par ses partenaires", a-t-il encore plaidé. 

Et de finir en citant le Général de Gaulle, en cette journée anniversaire de sa mort : "plus que jamais j'appelle au rassemblement et à la mobilisation tous ceux qui se font une 'certaine idée' de la République et de la France".