Trump accuse la presse d'avoir fait échouer une tentative pour tuer le chef de Daech

  • A
  • A
Trump accuse la presse d'avoir fait échouer une tentative pour tuer le chef de Daech
@ OLIVIER DOULIERY / AFP
Partagez sur :

Le New York Times avait publié en 2015 un article selon lequel les forces américaines avaient mis la main sur d'importantes quantités de données, détaillant la façon dont le chef de l'EI parvenait à rester invisible. 

Le président américain Donald Trump a accusé samedi le New York Times d'avoir fait échouer une tentative des Etats-Unis de tuer le chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi.

"Le défaillant New York Times a déjoué la tentative des États-Unis pour tuer le terroriste le plus recherché, Al-Baghdadi", a tweeté le président américain, y voyant un exemple de "leur agenda malsain en matière de sécurité nationale", sans donner plus d'explication. Donald Trump semble faire référence à des propos du général américain Tony Thomas, vendredi, lors d'une conférence à Aspen (Colorado) au cours de laquelle il a affirmé que les forces spéciales américaines étaient "particulièrement proches" du chef de l'EI en 2015, mais ont perdu sa trace après des fuites dans la presse.

"Il est nécessaire d'informer le public américain de ce que nous faisons". "C'était une très bonne piste. Malheureusement, cela a été divulgué dans un grand journal national environ une semaine plus tard et cette piste est morte ", a déclaré le général Thomas lors du Aspen security forum.  "Il est nécessaire d'informer le public américain de ce que nous faisons. Il est également essentiel de reconnaître ce qui entrave grandement notre capacité à faire notre travail", a t-il ajouté. Le New York Times avait publié en juin 2015 un article selon lequel les forces américaines avaient mis la main sur d'importantes quantités de données, détaillant la façon dont le chef de l'EI parvenait à rester invisible. L'article évoquait notamment l'utilisation par les chefs djihadistes de leurs femmes pour échanger des messages entre eux.

Le "défaillant" New York Times fait partie des cibles favorites du président américain. Le New York Times a demandé samedi à la Maison Blanche de "clarifier le tweet". "Si le président fait référence à cet article de 2015, le Pentagone n'a soulevé aucune objection avec le Times avant de publier cet article en 2015 et aucun responsable américain ne s'en est plaint publiquement jusqu'à maintenant", a indiqué le New York Times au site Politico. Le "défaillant" New York Times fait partie des cibles favorites du président américain, tout comme "Fake News" CNN et le Washington Post. Donald Trump a toutefois accordé cette semaine une longue interview exclusive au New York Times.