Trump accuse à son tour le Qatar de soutenir les extrémistes

  • A
  • A
Trump accuse à son tour le Qatar de soutenir les extrémistes
Donald Trump a vivement critiqué le Qatar. @ Brendan Smialowski / AFP
Partagez sur :

Selon le président américain, "tous les éléments pointent vers le Qatar" dans le financement de l'extrémisme religieux. 

Donald Trump a accusé mardi le Qatar, pourtant allié des Etats-Unis, de financer les extrémistes, prenant fait et cause pour l'Arabie saoudite et des pays amis qui ont rompu avec ce riche émirat gazier du Golfe. Sur Twitter, le président américain a écrit que l'isolement du Qatar marquera "peut-être le début de la fin de l'horreur du terrorisme", indiquant que "tous les éléments pointent vers le Qatar" dans le financement de l'extrémisme religieux.

Allié de longue date des Etats-Unis, le Qatar abrite la plus grande base aérienne américaine dans la région, siège du commandement militaire chargé du Moyen-Orient. La base d'Al-Udeid est cruciale pour la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Syrie et Irak, menée par la coalition internationale dirigée par Washington et dont fait partie Doha.

Le Qatar isolé. Face à cette crise inédite, le Koweït a entrepris une médiation et l'émir Sabah Al-Ahmad Al-Sabah s'est rendu à Jeddah, dans l'ouest saoudien, pour rencontrer le roi Salmane. Lundi, l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, l'Egypte, le Yémen ainsi que les Maldives ont annoncé rompre toute relation avec le Qatar, accusé de "soutenir le terrorisme", une décision qui a eu l'effet d'un séisme dans la région.

S'ajoutent à la rupture des liens diplomatiques une suspension de vols aériens, des mesures économiques comme la fermeture des frontières terrestres et maritimes avec le Qatar, ainsi que des interdictions de survol aux compagnies qataries ou des restrictions aux déplacements des personnes.