Trois morts dans des camps anti-Wall Street

  • A
  • A
Trois morts dans des camps anti-Wall Street
Une manifestation d'indignés à New York
Partagez sur :

Trois Américains ont trouvé la mort, dont deux tués par balle.

Deux personnes ont été tuées par arme à feu sur des campements anti-Wall Street dans le Vermont et en Californie. Une troisième a été retrouvée morte dans un campement des protestataires anticapitalistes à La Nouvelle-Orléans, rapportait vendredi la presse locale.

A Oakland en Californie, les journaux locaux ont annoncé la mort par balle d'un homme, peut-être après une querelle, sur le campement ou juste à côté. Le site internet occupyoakland.org a confirmé une mort par balle, sans plus de précision. Le journal Los Angeles Times indiquait, citant la police, que la victime ne serait pas un membre du camp.

Le maire d'Oakland demande aux indignés de partir

A la suite de ces faits, le maire d'Oakland, Jean Quan, a appelé les indignés à "quitter" les lieux, de même qu'un syndicat de policiers.

"Vous avez envoyé au monde un message fort, maintenant il est temps de rentrer chez vous", a déclaré le syndicat dans un communiqué adressé aux anti-Wall Street. "Si vous partez aujourd'hui, calmement, de votre plein gré,  vous montrerez que vous respectez votre ville et ses habitants".

Un deuxième tué par balle dans le Vermont

A Burlington, dans le Vermont, un autre homme a été retrouvé mort, tué par balle jeudi dans sa tente, selon le journal Burlington Free Press qui indique qu'il pourrait toutefois s'agir d'un suicide.

Dans une vidéo du site internet du journal, la police demande aux manifestants d'évacuer le site le temps de mener l'enquête, alors que le maire de la ville tente d'apaiser les tensions entre manifestants et policiers.

Mardi, un homme avait été retrouvé sous sa tente sur le campement de Occupy New Orleans en Louisiane, selon le site des protestataires. L'homme de 53 ans, qui ne portait pas de traces de blessures, serait mort depuis au moins deux jours au moment où il a été retrouvé.