Trayvon Martin : une photo sème le doute

  • A
  • A
Trayvon Martin : une photo sème le doute
Cette photo de George Zimmerman a été mise en avant par ses avocats pour étayer sa ligne de défense.@ REUTERS
Partagez sur :

La défense de l’accusé cherche à étayer la version de la légitime défense.

Dans l’affaire Trayvon Martin, la bataille d’avocats se poursuit. La défense de George Zimmerman, accusé du meurtre de cet adolescent noir à Sanford, en Floride, en février dernier, a sorti de son chapeau une photo montrant leur client avec le visage en sang, rapporte CNN. Ce cliché aurait été pris juste après les faits, alors que George Zimmerman se trouvait à bord d’une voiture de police, précise The Orlando Sentinel.

>> A lire aussi : Quelle défense pour George Zimmerman ?

29.03TrayvonMartin-Reuters930620

© Reuters

L’image appuie la thèse de George Zimmerman, qui a toujours clamé avoir tiré sur Trayvon Martin en état de légitime défense, car l’adolescent l’aurait frappé. La famille de Trayvon Martin affirme au contraire que George Zimmerman a agi alors qu’il n’était pas menacé. 

Pas de trace d’ADN

Malgré la photo rendue publique par les avocats, l’affaire est loin d’être résolue. Le mystère demeure notamment quant aux mains de Trayvon Martin, note le Washington Post. Aucune trace d’un ADN étranger n’a en effet été retrouvée sous les ongles de l’adolescent. L’accusé affirme pourtant que Trayvon Martin s’est agrippé à sa tête et l’a projeté contre le trottoir, le griffant au passage.

geroges zimmerman REUTERS 930620

© REUTERS

Autre élément mettant à mal la version de George Zimmerman : il affirme avoir écarté les bras de l’adolescent de son corps après l’avoir tué. Or, la victime a été retrouvée avec les bras placés sous son corps, selon le rapport de la police de Sanford.

>> A lire aussi : Comment l'affaire a-t-elle basculé ?

Le procès de cette affaire qui a ému l’Amérique n’aura lieu que le 10 juin 2013. Signe que le dossier est particulièrement sensible, le juge qui devait superviser le procès a été révoqué car les autorités craignaient qu’il ne soit pas impartial.