Trafic de cocaïne : un maximum de passeurs prenaient le même vol vers Madrid

  • A
  • A
Trafic de cocaïne : un maximum de passeurs prenaient le même vol vers Madrid
Des "leurres" avaient de fausses substances dangereuses dans leur sac. @ GUILLERMO LEGARIA / AFP
Partagez sur :

D'autres personnes servaient de "leurres" pour détourner l'attention des agents en voyageant avec des substance suspectes mais sans danger.

La police espagnole a annoncé samedi avoir démantelé un réseau de trafic de cocaïne basé en Colombie qui faisait voyager un maximum de passeurs de drogue sur un même vol vers Madrid, en même temps que des "leurres" chargés de détourner l'attention des agents. L'enquête de plus d'un an a abouti à l'arrestation de 30 personnes et à la saisie de 83 kilos de drogue que les "mules" transportaient dans les doubles fonds de sacs à dos. L'organisation utilisait des vols en provenance d'Amérique latine et à destination de Madrid.

53 kilos de drogue dans le même avion. Plusieurs "mules" voyageaient à bord d'un même avion pour augmenter les chances de réussite du trafic : si l'une était repérée et arrêtée, les autres pouvaient encore passer les contrôles aux frontières avec la marchandise, a expliqué la police dans un communiqué. D'autres "servaient de leurres pour tenter de détourner l'attention des agents en voyageant avec, dans leurs bagages, des substances suspectes qui, une fois analysées, s'avéraient sans danger", ont relevé les enquêteurs. Sur un même vol, quatorze personnes ont été arrêtées, fin février, et 53 kilos de cocaïne découverts dans sept sacs à dos.

Des personnes âgées et sans casier. "Sept transportaient de la drogue et sept étaient chargées de contrôler les autres, de les transférer vers les hôtels à l'arrivée, de récupérer la drogue dans les sacs et de prendre contact avec les responsables de la distribution des stupéfiants en Espagne", a précisé la police. Pour ne pas éveiller les soupçons, l'organisation employait volontiers des personnes ayant l'âge d'être à la retraite et sans casier judiciaire. Quatorze perquisitions ont été menées au cours de l'enquête, majoritairement dans la province de Madrid mais aussi dans les provinces de Ciudad Real (centre) et de Cuenca (est). L'organisation était basée en Colombie, premier producteur mondial de feuilles de coca qui a produit 646 tonnes de cocaïne en 2015 selon le dernier rapport de l'ONU publié en juillet.