Tour d'Europe des manifs anti-austérité

  • A
  • A
Tour d'Europe des manifs anti-austérité
A Madrid, des incidents ont éclaté en marge des manifestations contre l'austérité.@ Reuters
Partagez sur :

Photos, vidéos, tweets : Europe 1.fr fait un tour de la contestation sur la Toile.

L'Europe est mobilisée mercredi contre l'austérité, la précarité et le chômage lors d'une journée marquée par des grèves générales en Espagne et au Portugal. Des arrêts de travail ont été observés dans plusieurs pays d'Europe. Manifestants et journalistes ont témoigné sur les réseaux sociaux. Comme sur Twitter où le hashtag, "#14N" (14 novembre), était l'un des plus utilisés mercredi.

En Espagne

L'Espagne, étranglée par un chômage qui frappe un quart des actifs, vit au ralenti pour sa deuxième mobilisation générale depuis l'arrivée au pouvoir, il y a près d'un an, du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy. Selon le ministère de l'Intérieur, des "incidents isolés" sont survenus dans plusieurs villes d'Espagne, faisant au moins 34 blessés dont 18 policiers. 82 personnes ont été interpellées, selon le premier bilan.

A Madrid, la police a dispersé à coups de matraque et en tirant en l'air des balles en caoutchouc des manifestants qui s'étaient rassemblés dans le centre :

A Taragona, il y a eu des blessés, comme en témoigne cette photo postée sur Twitter par Henry de Laguérie, correspondant d'Europe 1 en Espagne :

Au Portugal :

La colère est moins forte qu'en Espagne mais la grève générale a aussi fait tourner au ralenti le Portugal. A Lisbonne, le métro est fermé et seulement 10% des trains circulent dans le cadre du service minimum. A l'aéroport, de nombreux vols ont été annulés et reprogrammés.



Lisbon's commuters hit by stoppagepar euronews-en

 En Italie :

Un arrêt de travail de quatre heures a été observé. Des manifestations se déroulent à Milan et à Turin, à l'appel de la principale confédération syndicale, la CGIL (gauche). Dans ces deux villes, des milliers de personnes ont pris part à des manifestations et cortèges. Un agent des forces de l'ordre a été grièvement blessé à Turin et cinq autres plus légèrement à Milan dans des heurts en marge des manifestations.

italie austérité

© Reuters

En Belgique :

Des manifestations ont rassemblé quelques milliers de personnes dans plusieurs villes de Wallonie comme Liège, Charleroi ou La Louvière, touchées récemment par des annonces de restructurations. En guise de symbole, des représentants des syndicats européens ont décerné mercredi à Bruxelles le "prix Nobel de l'austérité" à la Commission européenne. Le trafic des Thalys entre la Belgique et la France et les Pays-Bas a été "momentanément interrompu" mercredi.

A Charleroi, les militants s'accordent une pause devant la cafeteria, "Le Bastion", rebaptisé, "Le Bastion rouge" :

 En France :

Plus de 130 manifestations et rassemblements se déroulent mercredi en France à l'appel de cinq syndicats. Près de 5.200 de manifestants ont défilé mercredi à Paris, en présence des principaux responsables syndicaux. Dans le cortège de tête, figuraient notamment les secrétaires généraux de la CGT, Bernard Thibault, et de la CFDT, François Chérèque, ainsi que son successeur, Laurent Berger.

En Grèce :

Un arrêt de travail de quatre heures a été observé. A Athènes, les manifestants ont déployé symboliquement les drapeaux des pays frappés par l'austérité :

En Angleterre :

A Londres, les policiers ont chargé des manifestants rassemblés sur Oxford Street :