Tombouctou se prépare à accueillir Hollande

  • A
  • A
Tombouctou se prépare à accueillir Hollande
Tombouctou. Le président François Hollande doit y lancer un appel aux pays africains pour participer à la force d'intervention et prôner le "dialogue politique", après trois semaines d'intervention de l'armée française pour en chasser les groupes islamistes armés.@ Max PPP
Partagez sur :

REPORTAGE - Arrivé à Sévaré au Mali samedi matin, le chef de l’État est maintenant attendu à Tombouctou et Bamako où un accueil triomphal devrait lui être réservé.

L'annonce. "Je vais au Mali demain pour dire à nos soldats tout notre soutien, tous nos encouragements, toute notre fierté, pour permettre que les Africains viennent le plus vite possible nous rejoindre et leur dire que nous avons besoin d'eux pour cette force internationale", a déclaré vendredi François Hollande, annonçant ainsi sa première visite au Mali depuis l'entrée en guerre de la France contre les islamistes. Entre liesse et prudence, la population et les forces de sécurité française se préparent à le recevoir.

Le voyage. Le président, en compagnie du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et de celui de la Défense, Jean-Yves le Drian, a atterri samedi matin à l'aéroport de Sévaré, dans le centre du pays, où il devait être accueilli par le président par intérim Dioncounda Traoré. Ils doivent ensuite se rendre dans la ville de Tombouctou, où se trouvaient encore les djiadistes il y a une semaine. Ils y visiteront les forces franco-maliennes et le centre où sont conservés des dizaines de milliers de précieux manuscrits, dont certains ont été incendiés, de cette ville inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. Ils passeront ensuite par Bamako, la capitale, pour un déjeuner de travail.

>> À lire : Tombouctou, le crime culturel évité

La menace djihadiste toujours présente. Pour l'heure, au Mali, rien n'a encore été annoncé publiquement, et surtout pas les horaires d'arrivée du président. Selon les informations d'Europe1, les forces de sécurité françaises craignent en effet que les djihadistes soient restés campés aux alentours de Tombouctou. Un petit groupe pourrait même s'être regroupé dans la bourgade d'Aboudi, à 30 kms au nord de la ville, dans le désert. Il n'empêche. La nouvelle, déjà annoncée en France, ainsi qu'au gouverneur local et aux notables, a déjà fait le tour de la cité. De quoi pousser les Français à redoubler de prudence.

>> À lire : ce que l'on sait des exactions au Mali

Les points sensibles passés au peigne fin. À Tombouctou, une équipe du Groupement de sécurité de la présidence de la République (GSPR) français est à pieds d'œuvre depuis deux jours. Leur mission : reconnaitre les itinéraires du président et se coordonner avec les militaires pour la mise en place du dispositif de protection. Des tireurs d'élites ont d'ailleurs inspectés tous les points hauts de la ville vendredi, pour analyser le parcours du chef de l’État.

François Hollande accueilli en héros. Toute la ville prépare par ailleurs une visite triomphale à François Hollande. Des élèves peignaient jeudi des calicots à la gloire de la France et de François Hollande. Des portraits du chef de l'Etat français apparaissaient même ça et là sur les t-shirt et en vignette sur les pare-brises. Plusieurs enfants, selon les maternités visitées par Europe1, ont également été baptisés du prénom du président socialiste.