Togo : un Français menace un reporter

  • A
  • A
Togo : un Français menace un reporter
@ CAPTURE D'ECRAN YOUTUBE
Partagez sur :

La scène, filmée, a été postée sur internet. Le militaire mis en cause a présenté ses excuses.

L’altercation se déroule à Lomé, en marge d’une manifestation de l’opposition togolaise. Un militaire français, conseiller auprès de l’armée locale, tance Didier Ledoux, un journaliste du quotidien togolais Liberté. Sa faute : l’avoir pris en photo. "Tu enlèves ça (la photo) où c’est moi qui la prend. (…) Tu veux qu’on mette un coup sur l’appareil ou quoi?", s’énerve le militaire français, soutenu par la gendarmerie locale, apparemment prête à user de la matraque.

Regardez la vidéo :

"Je fais juste mon boulot", rétorque le journaliste. Le militaire français met alors en avant sa fonction pour préciser sa menace. "Tu sais qui je suis ?" lance-t-il. "Je suis le conseiller du chef d'Etat major de l'armée de terre. Tu veux que j'appelle le RCGP (Régiment des Commandos de la Garde Présidentielle, ndlr) pour foutre un peu d'ordre là-dedans?" Et de lancer aux forces de l’ordre locales : "Tu le mets en taule, si…"

Alertée par cette vidéo, le ministère de la Défense a pris ses distances avec le militaire, en déclarant qu’il "ne se reconnaît absolument pas ni dans les propos ni dans le comportement de cet officier français. La liberté de la presse est une valeur essentielle", a-t-il répondu à L’Express.fr.

Les excuses du militaire

Romuald Létondot, le militaire mis en cause, a selon lui présenté ses excuses au journaliste. "J'ai été victime d'un jet de pierre d'opposant, parce que j'étais dans ma voiture de fonction. Je montrais les faits à un gendarme togolais quand je me suis rendu compte que j'étais pris en photo, et que cette photo pouvait être mal interprétée, ce qui a été le cas", raconte-t-il, joint pas France 2. "Je me suis emporté, le but était d'empêcher une photo volée. J'ai effectivement présenté mes excuses à Didier Ledoux. Ce qui est dommage, c'est que je termine mon séjour ici, au Togo, dans quinze jours, de cette façon-là."