Tir nord-coréen : réveil brutal pour des millions de Japonais

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Des sirènes et des messages d'alerte ont retenti sur l'île d'Hokkaido que le missile nord-coréen a survolée mardi matin, les Japonais ont été invités à se mettre à l'abri.

"Tir de missile. Veuillez vous abriter" : des millions d'habitants du Nord du Japon ont reçu au réveil un message alarmiste du gouvernement alors qu'un missile nord-coréen survolait leur territoire, menace la plus grave de Pyongyang depuis des années.

Des sirènes d'avertissement. Peu après le lancement survenu vers six heures locales (23 heures à Paris), des avertissements ont été diffusés par précaution sur les smartphones, et les sirènes ont retenti dans les villes se trouvant sur la trajectoire du projectile, passé au-dessus de l'île de Hokkaido (nord) durant deux longues minutes avant qu'il ne tombe dans l'océan Pacifique.



"Il y a peu de temps, un missile a apparemment survolé cette zone. Si vous trouvez des objets suspects, ne vous en approchez pas et appelez immédiatement la police ou les pompiers", disait l'un de ces messages, également visibles à la télévision. "Mettez-vous à l'abri dans des bâtiments sûrs ou en sous-sol".

Le trafic ferroviaire suspendu. Pour les plus matinaux déjà dans les transports, les signaux d'alerte se sont affichés sur les panneaux des gares et les écrans publics, et le trafic ferroviaire a été temporairement suspendu. "Toutes les lignes sont perturbées. Motif : tir de missile balistique", pouvait-on ainsi lire à Sapporo, principale cité de Hokkaido.

Une mise à l'abri pas évidente. Certains ont pris les consignes à la lettre. "Des passagers sont descendus pour s'abriter dans deux de nos stations", a raconté un porte-parole du métro de Sapporo. Mais d'autres n'avaient d'autre choix que de prier le ciel, comme ces pêcheurs d'une quinzaine d'embarcations qui avaient déjà quitté la localité côtière d'Erimo (Sud de Hokkaido) quand la nouvelle est tombée.

Des annonces jusqu'à Tokyo. À Tokyo, à plus de 700 kilomètres au Sud, la circulation des trains, dont les fameux Shinkansen à grande vitesse, a également été provisoirement stoppée et des mises en garde identiques émises à l'attention des passagers.  "Un missile nord-coréen est en train de survoler le Japon. C'est très dangereux. Restez dans les salles d'attente ou à l'intérieur des trains".

"Si un missile devait tomber, je pense que nous ne pourrions rien faire". Dans les rues, pas d'affolement particulier mais un sentiment de crainte mêlé de résignation. "J'ai peur, mais en même temps c'est une menace qui paraît irréaliste et loin de notre quotidien", a commenté une étudiante de l'université de Tokyo, Julia Kotake, 18 ans. Et puis, "si un missile devait tomber, je pense que nous ne pourrions rien faire".

La montée en puissance des programme nucléaire et balistique nord-coréen a conduit plusieurs régions du Japon à mener ces derniers mois des exercices d'évacuation. Mais dans la plupart des cas, ils consistent à simplement regrouper les populations des agglomérations jugées vulnérables dans des bâtiments publics.

Des exercices militaires japonais au moment du tir. Hasard du calendrier, au moment même où était réalisé le tir nord-coréen, les forces d'autodéfense (nom de l'armée japonaise) s'exerçaient au déploiement du système antimissile Patriot Advanced Capability 3 (PAC-3) dans l'enceinte de la base américaine de Yokota, à l'Ouest de Tokyo.