Tibéhirine : Trévidic se rendra sur place en octobre

  • A
  • A
Tibéhirine : Trévidic se rendra sur place en octobre
@ MONTAGE / MAXPPP
Partagez sur :

Alger a donné son feu vert à une visite du juge français, chargé de l'enquête sur l'assassinat des moines français, en octobre.

Alger a donné son feu vert à une visite les 12 et 13 octobre en Algérie du juge français chargé de l'enquête sur l'assassinat des moines français de Tibéhirine en 1996, a annoncé mercredi le ministre algérien de la Justice, Tayeb Louh. "Les autorités judiciaires ont donné leur feu vert à une visite les 12 et 13 octobre en Algérie" du juge français Marc Trévidic, a le ministre en marge d'une conférence de presse à la Cour d'Alger.

>> LIRE AUSSI - Moines de Tibéhirine: l'Algérie freine la venue du juge Trévidic

Le magistrat antiterroriste Marc Trévidic, qui enquête sur cet assassinat, a dû reporter deux fois cette année cette visite, notamment faute d'avoir reçu l'invitation officielle d'Alger. Le 9 juillet, Marc Trévidic s'était montré excédé de ces reports: "il va falloir savoir si on se moque de nous", avait-il lancé sur la radio France Inter. "Je n'ai pas de date. Je ne comprends pas ce qui se passe", avait-il ajouté. "La justice algérienne a promis que ça se ferait mais rien ne se passe".

Le magistrat et sa consoeur Nathalie Poux avaient obtenu en novembre 2013 l'accord de principe des autorités algériennes pour assister à l'exhumation des têtes des moines enterrées à Tibéhirine, et à leur autopsie dans le but de faire la lumière sur leur assassinat. "La procédure d'expertise et d'autopsie sera assurée par des experts algériens", en présence du juge français, a précisé Tayeb Louh. Selon le ministre, le magistrat algérien en charge de ce dossier doit, de son côté, se rendre en France le 21 octobre.

>> LIRE AUSSI - Moines de Tibéhirine : à quoi vont servir les autopsies ?

Les sept moines avaient été enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 dans leur monastère près de Médéa (90 km au sud d'Alger). Leur rapt avait été revendiqué par le GIA (Groupe islamique armé), mais l'enquête française s'est aussi orientée vers une possible bavure de l'armée algérienne.