Thatcher et la culture pop'

  • A
  • A
Thatcher et la culture pop'
@ REUTERS
Partagez sur :

L’ex-Premier ministre, est devenue, malgré elle, un symbole de la culture de masse britannique.

Elle est tout ce que la culture pop abhorre. Conservatrice, rigide, intransigeante, la Dame de fer a fait l’objet des critiques les plus féroces et des caricatures les plus cruelles au cours des onze années qu’elle a passées au pouvoir. Seule femme dans un monde d’hommes, Margaret Thatcher a cultivé, avec précision, cette image de femme de poigne, incapable de faire des compromis. Une image froide, voire glaciale, que la culture populaire britannique n’a pas hésité à utiliser et à détourner.

Margaret dans James Bond

Outre les attaques féroces des groupes de rock, dont Miss Maggie a fait l’objet dans les années quatre-vingt, l’ex-Premier ministre britannique a souvent été évoquée dans des programmes télévisés populaires. Exemple avec la série The Family guy, où, dans l’épisode intitulé "Comme un poisson hors de l’eau", trois personnages se retrouvent sur un bateau à boire des verres en papotant. Chacun doit nommer LA femme avec qui il aimerait être s’il n’était pas marié... L’un d’eux choisi Margaret Thatcher parce qu’il "trouve que le pouvoir est sexy". Un clin d’œil ironique à l’image autoritaire de l’ex-Premier ministre.

Autre clin d’œil à cette apparence stricte de Margaret Thatcher, cette scène dans le James Bond Rien que pour vos yeux, où Margaret Thatcher apparaît dans la scène finale, dans sa cuisine, tapant la main de son mari qui tente de goûter un  plat qu’elle a préparé :

Maggie, l’anti punk

Cette "notoriété", Margaret Thatcher la doit, à la fois, à sa personnalité hors du commun, mais aussi à l’époque à laquelle elle est arrivée au pouvoir. Car lorsqu’elle s'installe au 10, Downing Street, la musique punk est sur le déclin, mais les groupes de musique influencés par ce mouvement se sont fortement radicalisés.

"Elle est devenue le symbole de tout ce qui était à l’opposé du punk" estime Yasmine Carlet, auteur de "Stand Down Margaret : l’engagement de la musique populaire britannique contre les gouvernements Thatcher". "Elle est donc devenue cette figure du conservatisme britannique honnie par les artistes de gauche", ajoute-t-elle, interrogée par Europe1.fr.

Le rock lui dit merci

Mais c’est aussi sa politique culturelle de rigueur qui a donné naissance à une création artistique foisonnante. Elle "a eu un impact phénoménal sur la culture en provoquant un rebond idéologique. Elle a fourni l'impulsion cruciale qui manquait à la culture britannique", selon David Khabaz, auteur de Problèmes contemporains dans la culture populaire.

Mais une organisation a échappé à la main de fer de Margaret Thatcher, la très respectée BBC, financée par la redevance donc indépendante. Tout en résistant à l'arrivée de la concurrence privée, elle a diffusé des émissions et séries très critiques et dérangeantes comme "Panorama". Autre chaîne critique vis-à-vis de Margaret Thatcher, ITV, qui diffusait au quotidien un spectacle de marionnettes politiques, "Spitting image", franchement irrévérencieux.

Aimée ou détestée, Margaret Thatcher s’est ainsi, et parfois malgré elle, imposée comme une figure politique, mais aussi culturelle incontournable de la Grande-Bretagne, qui a perduré bien après son départ en 1990.


 

>> Au moment de la sortie du film "La Dame de fer", en 2012, Franck Ferrand était revenu sur le parcours de Margaret Thatcher dans Au cœur de l'histoire :